Jawhar, le poète-troubadour folk au festival Arabesques

 Jawhar, le poète-troubadour folk au festival Arabesques

Jawhar (crédit photo Alexis Gicart/Landscape)

La plume est acérée, la voix envoutante et la musique folk enivrante. Jawhar, tunisien de Belgique, a produit un spectacle bouleversant le samedi 12 septembre 2020, au Domaine d’O, lors du festival Arabesques. L’occasion de découvrir une folk-pop juste et mélodieuse.

Jawhar n’est pas homme à en rajouter. Les mots sont toujours justes, ciselés dans des chansons imaginées. A l’écoute, on découvre des poèmes chantés plutôt que des classiques chansons.

Le tunisien a toujours connu cet univers du mot par l’entremise d’une famille “littéraire”. Sa mère est professeure de littérature arabe, éprise de poésie et de musique. Du coté paternel, on se consacre au théâtre et à la politique culturelle. Son enfance et adolescence en banlieue sud de Tunis, à Radès, lui permettent de toucher la culture populaire, ses expressions visuelles et musicales

>> Lire aussi : Al Qasar : Du rock puissant et psychédélique au festival Arabesques

Le nord de la France et la Belgique pour maturer ses albums

A 20 ans, le goût de la poésie l’envoie du côté de Lille où il étudie l’anglais. Ses auteurs préférés : William Blake, Emily Dickinson et enfin Nick Drake. De ces inspirations, il met en mélodie ses poèmes et se produit sur des scènes lilloises. On le verra ainsi faire les premières parties d’artistes reconnus comme Susheela Raman, Boubacar Traoré ou encore Keziah Jones. En émane, son premier album autoproduit “When Rainbows Call, My Rainbows fly”. Il passe alors Outre-Quièvrain et s’installe en Belgique

Le plat pays lui offre alors un cadre idéal pour produire ses albums. Son premier sous le label bruxellois NAFF, Qibla Wa Qibla (le baiser et l’orientation de la prière) obtient l’Octave du Meilleur Album de l’année. Un album qui mélange soufisme, musique pop et interprétation d’une musique dépassant les clichés habituels.

>> Lire aussi : Dorsaf Hamdani, une diva pour l’ouverture du festival Arabesques 2020

 

Nouvel album inspiré de l’actualité

Sensible au monde qui l’entoure, le poète chanteur s’inspire du printemps arabe “qui se fane et d’autres événements heureux contemporains” pour son 3ème album. Winrah Winrah va encore plus loin dans la pop et le folk. Avec ces dix chansons, il bascule dans un univers nouveau, où la complicité avec les musiciens se fait ressentir.

Nul doute que le samedi 12 septembre 2020, sous les étoiles du Domaine d’O, un brin de grâce portera le message du troubadour lors de cette folle soirée montpelliéraine.

Billetterie : Ici

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).