France.Avec son docu "Ouvrir la voix", Amandine Gay libère la parole des femmes noires

"Ouvrir La Voix", le premier film d' Amandine Gay, sur la condition des femmes noires en France.

Deux heures de blablas et pourtant il n'y a pas une minute où on s'ennuie. Avec son documentaire "Ouvrir la voix" qui sort ce mercredi (11 octobre) au cinéma, Amandine Gay frappe un grand coup. 

"Ça n'a pas été simple de le sortir en salle", lâche, les traits tirés, Amandine Gay, à l'issue d'une des nombreuses avant-première à laquelle on a pu assister. Pour son premier long film, elle est à la fois réalisatrice, productrice, distributrice, chargée de com, attachée de presse... Tout faire toute seule a été un véritable  chemin de croix pour elle, mais c'est sans doute le prix à payer aujourd'hui pour être libre, surtout quand on aborde ce genre de sujets...

Dans "Ouvrir la Voix", Amandine Gay s'est donc fait plaisir. Et nous a donc fait plaisir par ricochet. Enfin un documentaire où les gens disent ce qu'ils pensent. Sans retenue. Tout est dit sans filtres et sans complexes. Leurs mots ne sont pas choisis pour plaire à l'élite française, blanche et masculine.

24 femmes noires, belges et françaises, - elles auraient pu être arabes, le résultat aurait été sensiblement le même, racontent face caméra, souvent en plan serré, leurs expériences.

Tout y va : le paternalisme dont elles sont constamment victimes, la manière dont on les infantilise  (exemple:  leurs cheveux sont tripotés par des inconnus), leur hypersexualité supposée, (t'es noire donc t'es forcément une bête de sexe), leur invisibilité dans les médias et au cinéma, (quand elles sont choisies, elles sont cantonnées à des rôles caricaturaux), le racisme qu'elles subissent dès l'école où elles sont orientées vers des seconds choix, (parce que quand t'es noire, t'es forcément moins capable de faire sciences-po), considérées comme françaises de seconde zone quand elles ont à répondre de leurs "origines", mais aussi le rapport de chacune à la religion (catholique, musulmane ou juive) ou le statut des lesbiennes dans la communauté noire. 

Un film à voir absolument pour mieux comprendre la société actuelle. C'est en libérant la parole de celles et ceux qu'on n'a pas l'habitude d'entendre qu'on progresse tous ensemble...

Nadir Dendoune

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito