Afrique. La Russie veut renouer ses liens avec l’Afrique à Sotchi

Le président russe Vladimir Poutine a ouvert le sommet en compagnie de son homologue l'autocrate Abdelfattah al Sisi

Vladimir Poutine ouvre mercredi le « sommet Russie-Afrique », premier du genre et symbole des ambitions grandissantes de Moscou sur le continent. Longtemps puissance influente sur le continent à l’époque soviétique, la Russie doit désormais rattraper un important retard par rapport aux Chinois et Occidentaux qui ont plusieurs longueurs d’avance.

Devant plusieurs dizaines de chefs d’État et de gouvernement africains, le président russe a ouvert mercredi matin le sommet avec son homologue égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, qui préside l’Union africaine. Cette rencontre à Sotchi, réplique des « forums sur la coopération sino-africaine » qui ont permis à Pékin de devenir le premier partenaire du continent, verra deux jours de discussions sur des thèmes allant des « technologies nucléaires au service du développement de l’Afrique » aux « minerais africains au profit des peuples d’Afrique ».

Comme son équivalent chinois, la rencontre a vocation à être organisée tous les trois ans. Pour cette première, Moscou a mis les petits plats dans les grands. « Quarante-trois pays seront représentés par leurs dirigeants. Et onze autres par des vice-présidents, chefs de la diplomatie ou ambassadeurs », a dit aux journalistes le conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov. Au total, les 54 États africains seront donc représentés.

Parmi eux quelques poids lourds du continent : du Sud-Africain Cyril Ramaphosa au Nigérian Muhammadu Buhari, tout comme des partenaires historiques tels l’Angolais Joao Lourenço ou plus récents comme le Centrafricain Faustin-Archange Touadéra.

Des pays où la Russie est quasi absente seront aussi représentés, à l’instar de la Côte d’Ivoire avec son président Alassane Ouattara, qui aura en tête l’éventuelle conclusion d’un accord de coopération militaire.

Une coopération moins regardante ?

Pour le président russe, qui a programmé 13 rencontres bilatérales, le forum sera l’occasion de démontrer qu’il a les intérêts africains à cœur, lui qui en 20 ans ne s’est déplacé que trois fois en Afrique subsaharienne, toujours en Afrique du Sud. « Nous sommes en train de préparer et de réaliser des projets d’investissements avec des participations russes qui se comptent en milliards de dollars », a-t-il souligné dans un entretien diffusé lundi par l’agence Tass.

Car Moscou, après cinq années de sanctions économiques occidentales, a un besoin crucial de partenaires et de débouchés pour conjurer sa croissance atone. Dans un contexte de tensions exacerbées avec les pays occidentaux, le sommet de Sotchi sera aussi l’occasion pour la Russie, après son grand retour au Moyen-Orient à la faveur de ses succès syriens, de montrer qu’elle est une puissance d’influence mondiale.

Reste que l’époque où l’influence soviétique s’exerçait un peu partout sur le continent se fait lointaine. À l’époque, Moscou s’était taillé une place de choix par son soutien aux luttes pour la décolonisation, mais la chute de l’URSS a provoqué un spectaculaire reflux. En 2018, les échanges commerciaux entre la Russie et l’Afrique s’élevaient à 20 milliards de dollars, moins de la moitié de ceux de la France et dix fois moins que la Chine. La majorité du commerce avec l’Afrique concerne les armes, rare domaine dans lequel la Russie reste en tête.

Pour retourner la tendance, Vladimir Poutine vante une coopération sans ingérence « politique ou autre », à l’heure où certains acteurs africains, inquiets de leur dépendance financière, commencent à ressentir une forme de lassitude face à la Chine. « Il est normal et naturel que la Russie veuille approfondir ses relations avec l’Afrique, de la même manière que la Chine, le Japon, les États-Unis et les pays de l’UE », avait expliqué quelques semaines avant le sommet le ministre des Affaires étrangères du Cap-Vert, Luis Filipe Tavares.

Mais, Moscou a encore du chemin pour concurrencer la Chine ou les Occidentaux. « La Russie n’est pas l’Union soviétique. Elle manque des ressources, de l’idéologie et de l’attrait de son prédécesseur », note Paul Stronski, du Centre Carnegie à Moscou.

(Avec AFP)

IL RACONTE

CHRONIQUES

LES DOSSIERS DU MAGAZINE

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


ENVOYE SPECIAL

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer