Facebook : des mesures pour que les Afghans protègent leur compte des talibans

 Facebook : des mesures pour que les Afghans protègent leur compte des talibans

Lionel BONAVENTURE / AFP

Après avoir banni les talibans de toutes ses applications, Facebook a dévoilé ce jeudi 19 août des mesures pour protéger les utilisateurs vulnérables en Afghanistan.

 

“Pendant la semaine écoulée, nos équipes ont travaillé jour et nuit pour faire tout leur possible pour aider à garder les gens en sécurité”, a tweeté Nathaniel Gleicher, le directeur des règlements sur la sécurité du réseau social américain.

Le groupe californien a mis en place une fonctionnalité qui permet à un utilisateur de “verrouiller son compte en un seul clic”.

Le verrouillage empêche les personnes qui ne sont pas dans ses contacts de télécharger ou partager sa photo de profil ou de voir les contenus publiés sur son fil. De leur côté, les utilisateurs d’Instagram en Afghanistan vont recevoir des notifications les informant des méthodes pour protéger leur compte.

“Nous avons aussi temporairement retiré la possibilité de visualiser la liste d’amis d’un usager et d’y chercher des profils pour les comptes Facebook en Afghanistan, contre le risque de ciblage de personnes éventuellement recherchées par des talibans”, a ajouté Nathaniel Gleicher.

>> Lire aussi : Accueil des réfugiés afghans : « la France doit prendre sa part »

Interrogé mardi lors de la conférence de presse à Kaboul sur leurs intentions en termes de respect de la liberté d’expression, le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a répondu : “La question devrait être posée à ceux qui assurent être les garants de la liberté d’expression mais qui n’autorisent pas la publication de toutes les informations. L’entreprise Facebook, c’est à eux qu’il faut poser la question”. 

Le groupe fondamentaliste a annoncé qu’il allait former un gouvernement, mais “peu importe qui détient le pouvoir, nous prendrons des mesures appropriées contre les comptes et contenus qui enfreignent nos règles”, ont insisté les responsables de Facebook.

 

>> Lire aussi : Kaboul aux mains des talibans, Paris poursuit la chasse aux réfugiés

 

Nadir Dendoune