Cinéma.Polémique Ulcan au FIPA : la présidente du festival s'exprime

Anne Georget, présidente du Fipa. LAURENT FERRIERE / HANS LUCAS / AFP

Alors que la polémique ne cesse d'enfler autour de la diffusion d'un film sur Ulcan, criminel présumé franco-israélien, Anne Georget, la présidente du Fipa, le prestigieux festival du film de Biarritz a décidé de s'exprimer pour la première fois. Elle reconnait la "boulette". "Il s'agit d'une erreur de notre part. Nous n'aurions jamais dû présenter ce sale type de cette manière", avoue Anne Georget. 

Le "sale type" en question, c'est Ulcan, de son vrai nom, Grégory Chelli, 36 ans, né à Paris, criminel présumé franco-israélien recherché depuis quelques années par la justice française pour avoir piraté divers médias, harcelé plusieurs personnes et causé la mort du père d'un journaliste de Rue 89 en 2014. 

Le FIPA, qui consacre cette année un focus sur la production israélienne, aura lieu à Biarritz du 23 au 26 janvier. Il diffusera The Patriot, un documentaire de Daniel Silvan qui dresse le portrait d'Ulcan.

Ce n'est pas tant la diffusion du documentaire où "la parole a été donnée à toutes les parties et où on ne peut éprouver que du dégoût pour Ulcan à l'issue du film", rappelle la présidente du Fipa qui pose problème, mais la présentation qui est faite du hacker franco-israélien, qualifié ici de "nouveau type de justicier".

On se demande, vu le pedigree judiciaire d'Ulcan, comment une telle présentation a pu passer... D'ailleurs, cela aurait pu rester ainsi, si les trois journalistes, Pierre Haski,  Daniel Schneidermann et Denis Sieffert, tous trois victimes d'Ulcan, ne s'étaient pas indignés en envoyant une lettre ouverte à la présidente du festival.

"La légèreté avec laquelle, sous le titre flatteur de « patriote », vous présentez un personnage contre lequel ont été déposés des dizaines de plaintes en France, dont les nôtres, et pour lequel nous avons été reçus tous les trois par la garde des Sceaux et le ministre de l’Intérieur de l’époque, Christiane Taubira et Bernard Cazeneuve, suite à des opérations d’Ulcan contre nos domiciles, est consternante de la part d’un festival international. Une simple recherche Google aurait permis d’éviter de présenter de manière aussi anodine un personnage au dossier aussi lourd", dénoncent les journalistes.

"Je comprends leur indignation. Je la partage. J'aurais juste aimé être contactée avant que la polémique n'enfle. Personne ne m'a appelée. On aurait tout de suite rectifié le tir", martèle Anne Georget. "Une autre présentation va être faite", promet la présidente. 

Ulcan, de son vrai nom, Grégory Chelli, 36 ans, né à Paris, est visé par une centaine de plaintes. Ulcan est parti se réfugier en Israël où il a obtenu la citoyenneté le 23 mars 2014. Aucun traité d'extradition n'existant entre les deux pays, il y a peu de chances qu'Ulcan finisse devant un tribunal français. 

Ulcan s'est fait connaître en 2014, au moment de l'agression israélienne sur Gaza quand il a commencé à piraté certains médias d'information, comme Rue89, Arrêt sur images, le site de Libération, Mediapart...

Il a aussi harcelé plusieurs personnes, comme Stéphane Richard, Pdg d’Orange, Martine Aubry, maire de Lille, ou d'autres comme Pierre Stambul de l'Union Juive Française Pour la Paix ou Jean-Claude Lefort, ancien président de l'Association France Palestine Solidarité, qui dénoncent l'occupation israélienne en Palestine.

Il s'en est également pris à des journalistes qui ont osé dresser son portrait. Ulcan a proféré des menaces de mort à leur encontre et a mis parfois en ligne leurs coordonnées personnelles. 

En juillet 2009, Grégory Chelli est condamné, avec trois autres militants de la Ligue de défense juive dont il fait partie, pour le saccage, à Paris, de la librairie Résistances, connue pour son soutien à la cause palestinienne.

Le 29 juillet 2014, il appelle le père d'un journaliste de Rue89, Benoît Le Corre, auteur d'un article peu flatteur à son égard. Ulcan se fait passer pour un policier. "Votre fils est mort, lui dit-il. Il est mort. Il est mort." Trois jours plus tard, un autre appel, au commissariat cette fois, provoque l'intervention des forces de l'ordre chez la famille Le Corre. Le 6 août, le père est victime d'un malaise cardiaque et décède quelques semaines plus tard.

Nadir Dendoune

Lire sur le même sujet :

Ulcan persiste… en toute impunité

Ulcan crée un annuaire pour lister les "antisémites"

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

ON A TESTE

LES SERIES DU MAGAZINE

RECETTES

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer