Maroc.Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq membres

Des éléments du BCIJ du Maroc. FADEL SENNA / AFP

Une cellule terroriste composée de cinq membres a été démantelée, ce vendredi 15 février à Safi, par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

Cette cellule qui s’activait à Safi est composée de « cinq extrémistes », âgés entre 21 et 36 ans, dont un ancien détenu dans le cadre de la loi anti-terroriste, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Cette opération a permis la saisie d’appareils électroniques, d’armes blanches et de manuscrits à caractère extrémiste. Le suivi a révélé que les suspects ont fait allégeance à "Daech" et planifié de rallier les rangs de ce groupe terroriste sur la scène syro-irakienne, en coordination avec un de ses membres sur le terrain, avant d'exprimer leur disposition à adhérer à son agenda destructeur en vue d'attenter à la sécurité et à la stabilité du Royaume.

L'un des prévenus a tenté, lors de sa présence dans un pays subsaharien, d'obtenir une recommandation en vue d'intégrer un des groupes affiliés à "Daech" actif dans la région du Sahel, selon la même source.

Lutte contre le recrutement des jihadistes et assèchement des réseaux de financement

Depuis 2015, 57 cellules terroristes ont été démantelées au Maroc par le Bureau central d’investigations judiciaires, dont 8 structures au cours de l’année 2018, selon le directeur du BCIJ. Ces actions de lutte contre le terrorisme ont conduit à l’arrestation de plus de 3 129 personnes, dont 292 ayant des antécédents judiciaires. La Brigade de lutte contre le terrorisme (BLCT), qui relève du BCIJ, a réussi à démanteler pas moins de 57 cellules depuis 2015, dont 51 en relation avec l’État islamique et 6 structures en lien avec « Al Faye Wa Al Istihlal ». Il s’agit là d’une action inlassable ayant permis d’arrêter 902 personnes, dont 14 femmes et 29 mineurs, selon la même source.

Parmi les personnes arrêtées par la BLCT figurent 22 étrangers, dont huit Syriens, trois Afghans, deux Français, un Tchadien et un Russe, ainsi que dix Belgo-Marocains, cinq Franco-Marocains et un Franco-Algérien.

239  jihadistes marocains qui rentrent clandestinement au pays ont été arrêtés, alors que 643 personnes ont perdu la vie sur la scène syro-irakienne, la majorité parmi eux a péri en exécutant des opérations suicidaires.

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer