Maroc.Köhler soumet au Conseil de Sécurité un rapport d’étape sur le Sahara

Horst Köhler, envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahara marocain. © AFP

L’émissaire personnel du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahara marocain, Horst Köhler a présenté, mercredi 8 août, son rapport sur sa deuxième tournée dans la région.

L’envoyé du SG de l’ONU, a fait un briefing à huis clos, au Conseil de sécurité suite à sa récente tournée qui s’est  déroulée entre le 23 juin et le 1er juillet. C’est le second  briefing de Köhler devant le Conseil de sécurité sur les résultats de sa dernière tournée dans la région qui a englobé l’Algérie, la Mauritanie, le Maroc et les camps de Tindouf.

Arrivé à Rabat le 28 juin dernier, Köhler a eu des entretiens avec le chef du gouvernement marocain, et avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération. M. Köhler a rencontré dans le cadre de cette même tournée des élus et des parlementaires de la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra qui avaient affirmé leur attachement indéfectible au plan marocain d'autonomie en tant qu’unique solution au conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Selon les spécialistes, le rapport de Köhler a comme référence la résolution 2414 qui a été voté le 27 avril dernier. La résolution a donné six mois pour reconduire la mission de la MINURSO au lieu d’un an auparavant. Adoptée fin avril, la résolution 2414 a souligné la nécessité de « faire des progrès dans la recherche d’une solution politique réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara ». Le texte a également demandé aux États voisins « d’apporter une contribution importante au processus politique et de s’engager plus avant dans les négociations ».

Les fondamentaux de la position marocaine

À l’occasion de la réunion de Lisbonne en mars 2018 avec l’envoyé personnel, la délégation marocaine a réaffirmé les fondamentaux de la position marocaine. Parmi ces fondamentaux : aucun règlement de l’affaire du Sahara n’est possible en dehors de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara, et en dehors de l’Initiative d’autonomie.

L’organe onusien étant, de fait, la seule instance internationale chargée de superviser le processus de règlement et le refus catégorique de tout dépassement, de toute tentative de porter atteinte aux droits légitimes du Maroc et à ses intérêts supérieurs, de toute proposition obsolète visant à écarter le plan de règlement des paramètres référentiels retenus, de l’insertion abusive d’autres sujets, lesquels sont traités par des institutions compétentes.

Mohamed El Hamraoui

TERROIR

24 HEURES AVEC

EDITOS

IL RACONTE

ON A TESTE

VOYAGES

Articles les + lus


Agenda


CHRONIQUES

RECETTES

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer