Migration.Migrants : l'Europe ferme les yeux sur l'enfer libyen

Un garde-côte libyen se tient sur un bateau lors du sauvetage de 147 immigrants clandestins qui tentent de rejoindre l'Europe au large de la ville côtière de Zawiyah, à 45 kilomètres à l'ouest de la capitale Tripoli. Taha JAWASHI / AFP

Les dangers du parcours des migrants s'intensifient en Libye, pays en proie à des conflits. Migreurop dénonce l'inaction des Etats européens.

Dommages collatéraux

La situation en Libye est plus instable que jamais, notamment autour de Tripoli où les combats font rage entre le Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU et les forces du maréchal Haftar.

Au milieu de tout ça, les migrants qui ont choisi cette route pour tenter leur chance par la Méditerranée. Détention dans des conditions inhumaines, esclavage, les migrants retenus dans les geôles libyennes font désormais face à des bombardements. Le 2 juillet, il y a eu 66 morts et plus de 80 blessés dans le camp de détention de Tadjourah (Banlieue de Tripoli).

Enjeu politique

Alors qu'ils étaient déjà un enjeu à l'époque de Kadhafi, les migrants sont également aujourd'hui un véritable enjeu économique pour les milices sillonnant le pays. Des migrants pris au piège dans ce pays avec lequel l'Union européenne travaille afin d'endiguer la « vague » de migrants cherchant refuge sur le Vieux continent.

Migreurop dénonce un comportement dangereux de la part de l'UE, qui expose les migrants à un choix néfaste entre des conditions de détention périlleuses ou une traversée de la Méditerranée qui peut s'avérer fatale. Une politique migratoire européenne « entre notamment le renforcement constant des capacités des garde-côtes libyens et l’organisation d’un vide humanitaire en Méditerranée par la criminalisation des ONG de secours en mer ».

Externalisation

Le réseau Migreurop pointe du doigt le comportement de l'UE qui condamne mollement, quand elle condamne, tout ce qu'il se passe en Libye : « ce sont les conséquences directes des politiques d’externalisation et de marchandages migratoires cyniques orchestrées par l’Union et ses États membres depuis de nombreuses années. Il est temps que cesse la guerre aux personnes migrantes et que la liberté de circulation soit assurée pour toutes et tous ».

Une enquête internationale a été demandée pour connaître les coupables de ces attaques sur les camps de détention à Tripoli. En attendant, le migrants meurent dans un silence assourdissant.

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer