Proche-Orient. Découverte d’une des premières mosquées rurales du monde

Des travailleurs musulmans de l'Autorité israélienne des antiquités ont prié dans la mosquée qu'ils viennent de découvrir. MENAHEM KAHANA / AFP

L'Autorité israélienne des antiquités a annoncé jeudi avoir exhumé les vestiges d'une des plus anciennes mosquées rurales au monde, dans la ville bédouine de Rahat en Palestine occupée. Pour les archéologues qui l’ont trouvée, il s'agit d'une découverte rare, particulièrement dans cette région située dans le nord de la ville de Beersheba (renommée Beer Sheva par l’occupant), "où aucun autre bâtiment de ce genre n'a été découvert".

"Nous avons découvert les vestiges d'une mosquée à ciel ouvert, un bâtiment rectangulaire avec un mihrab - niche de prière - orienté vers le sud, en direction de La Mecque", ont indiqué les archéologues Jon Seligman et Shahar Zur, chargés des fouilles, dans un communiqué de l'Autorité israélienne des antiquités. Des travailleurs musulmans du chantier ont même tenu à prier dans la mosquée récemment mise à jour.

"C'est l'une des plus anciennes mosquées datant de la période de l'arrivée de l'islam" et "après la conquête arabe de 636 après J.C.", a précisé le professeur Gideon Avni, un expert de cette époque travaillant pour l'Autorité israélienne des antiquités.

D'autres vestiges ont été découverts pendant les fouilles qui permettent selon lui d'en apprendre davantage "sur l'histoire du pays pendant cette période tumultueuse" : une ferme datant de la période byzantine (entre le VIe et VIIe siècle après J.C.) ainsi que des habitations datant du début de la période islamique (entre le VIIe et le VIIIe siècle après J.C.).

Des habitants bédouins de la région, ainsi que des jeunes des localités proches ont participé aux fouilles dans le cadre d'un projet mis en place ces dernières années par l'Autorité des antiquités. Les recherches ont été réalisées à l'endroit où la ville bédouine de Rahat s’apprête à construire un nouveau quartier.

La grande majorité des Bédouins d'Israël, estimés à environ 300 000, vivent dans le Néguev, en marge de la société israélienne, et souvent dans une grande pauvreté. Ils appartiennent à la communauté des Arabes israéliens, descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948. Les Arabes israéliens représentent 17,5% de la population et dénoncent des discriminations.

IL RACONTE

CHRONIQUES

LES DOSSIERS DU MAGAZINE

EDITOS

Articles les + lus


Agenda


LES SERIES DU MAGAZINE

ENVOYE SPECIAL

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer