Société.Chibanis/sécurité sociale : l'injustice enfin réparée

STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

C'est une excellente nouvelle et une victoire pour les Chibanis. Depuis le 1er juillet, les retraités étrangers, titulaires d'un titre de séjour, qui ont au moins cotisé au régime de retraite français pendant 15 ans, peuvent désormais bénéficier, sans condition de résidence de la sécurité sociale.

Avant, ils avaient l'obligation de séjourner en France au minimum six mois et un jour pour avoir accès à ce droit. Une injustice enfin réparée. Fiona Lazar, députée LREM a défendu ce projet avec d'autres parlementaires de la majorité devant l'Assemblée nationale.

LCDL : C'est une belle victoire ...

Fiona Lazar : Oui. D'autant plus que cela fait depuis quelques années qu'associations, parlementaires tentent de mettre fin à cette injustice. Il faut rendre hommage à toutes celles et ceux, associations, politiques, qui ont pu rendre possible cette victoire.

Dans le projet de loi sur le financement de la sécurité sociale, adopté à l'automne 2018, a été intégré un amendement qui permet désormais aux chibanis d'avoir accès à la sécurité sociale sans obligation de résidence en France.

Cette avancée importante vient récompenser notre mobilisation de plusieurs mois avec des députés de la majorité, comme Olivier Veran et Mustapha Laabid et des représentants du monde associatif.

Suite à mes alertes, à travers notamment un courrier au Premier ministre et une question écrite au gouvernement, nous avons pu rencontrer à plusieurs reprises les cabinets du Premier ministre et de la ministre des Solidarités et de la Santé pour trouver des solutions.

Votée en automne, effective depuis le 1er juillet ...

Effectivement. La ministre de la Santé à qui j'ai adressé un courrier fin juin m'a confirmé qu'une circulaire avait été envoyée aux différentes caisses de santé afin que soit mis en place cette nouvelle disposition. 

Pourquoi cet amendement est si important à vos yeux ? 

Parce qu'il vient mettre un terme à une injustice. Ces retraités étrangers ont travaillé pour la France, souvent dans des conditions difficiles, avec des petits salaires. Arrivés pour répondre aux besoins de main d’œuvre, ils ont notamment travaillé dans les usines, dans l’automobile, dans la sidérurgie ou encore dans les mines.

Ils ont cotisé, c'est donc normal qu'ils puissent bénéficier de la même couverture sociale que leurs collègues français.

On estime qu’ils sont ainsi environ 300 000 aujourd’hui établis en France, à avoir atteint l’âge de la retraite. Âgés, à l’invalidité croissante, parfois sans famille en France pour les soutenir, touchant des petites pensions et vivant parfois même toujours dans les chambrettes de foyers de travailleurs qu’ils occupaient durant leur vie active, 

ils sont obligés de rester sur le sol français au moins 6 mois dans l’année pour ne pas perdre leur droit à la sécurité sociale. Cette condition de résidence les contraint à multiplier les allers-retours entre leur pays d’origine et la France qui leur font courir un important risque pour leur santé, avec des conséquences parfois dramatiques.

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer