Société.ENTRETIEN EXCLUSIF- Ile-Saint-Denis. « Comme ils ont tué mon chien, il fallait qu’ils me fassent passer pour une terroriste », Samia, conductrice interpellée

Samia, la conductrice interpellée par la police, vendredi 18 octobre 2019 à Saint-Denis, et relâchée dimanche 20 octobre 2019. Crédit photo : Nadir Dendoune

Après 48 heures de garde à vue au commissariat de Saint-Denis, Samia, la conductrice voilée de la Citroën C3 noire interpellée à l’Ile-Saint-Denis (93) ce vendredi 18 octobre, dont le chien a été abattu par un policier, a été relâchée ce dimanche 20 octobre vers 19h30 (voir nos éditions).

Via un tweet, la Préfecture de police de Paris avait affirmé très vite, trop vite ? quelques heures après son interpellation que Samia avait tenu des propos faisant l’apologie du terrorisme.

Au final, la jeune femme est poursuivie pour « outrage, rébellion et menace envers une personne dépositaire de l'autorité publique », et non pour apologie du terrorisme.

Un cafouillage qui intervient dans un contexte particulier où beaucoup de musulmans se sentent pointés du doigt.

Nous avons rencontré Samia ce lundi après-midi au domicile de sa sœur où elle a passé la nuit, « trop fragile pour être seule ». Encore très bouleversée et souvent en pleurs, elle a accepté exceptionnellement de nous donner sa version des faits. 

Comment-vous sentez-vous ? 

Je suis très fatiguée. La garde à vue a été très longue. 48 heures de stress, de tension extrême. Je n’ai pas beaucoup dormi. Je me réveillais sans cesse en pensant à ma chienne qui n’est plus. Elle a été abattue pour rien. Je vais mettre du temps à m’en remettre. Je pleure sans cesse sa disparition. C'était un bébé, elle n'avait que six mois. 

Pourquoi avez-vous été contrôlée ?  

C’était le soir des vacances et la route était bouchée. Avant d’aller chez ma sœur, dîner, j’étais en route chez une de mes amies qui vit sur les quais de la Seine à l’Ile-Saint-Denis. Je n’aurais pas dû mais pour gagner du temps, j’ai doublé en empruntant la voie du tramway. C’est interdit et j’ai été contrôlée pour cette raison. Une voiture de police m’a mise alors sur le côté. L’un des policiers m’a demandé mon permis et les papiers du véhicule. Je n’avais que mon permis sur moi. La carte grise et le certificat d’assurance étaient à la maison, mais je suis en règle. Ils ont bien vu qu’il y avait sur le pare-brise la vignette d’assurance. 

Vous avez très vite senti de la tension….

Oui. Ils ont commencé à me narguer. Ils ont répété en souriant : «Tu vas avoir des tas d’amendes ». Excédée, je les ai nargués à mon tour en répondant : « ça m’est égal, je les ferai sauter les amendes ». C’est là que le policier qui a abattu ma chienne, a dit « Il doit bien te sauter toi aussi ! ». Enervée, j’ai répondu au tac au tac : « Il sautera ta sœur aussi peut-être ! ». C’est ma dernière phrase qui les as énervés. Alors qu’ils allaient vérifier mon permis dans la voiture, ils sont revenus vers moi et m’ont dit « Ceci est un outrage ». Puis, ils m’ont demandé de sortir du véhicule.

Que s’est-ils passé ensuite ? 

Avant de pouvoir sortir de ma voiture, j’ai demandé si je pouvais appeler quelqu’un pour venir récupérer ma chienne. Je ne voulais pas qu’elle reste seule dans la voiture et puis, l’un des policiers l’avait déjà braquée avec son arme... Ma chienne était installée à l’arrière du véhicule. Ils ont refusé et ont essayé de me faire sortir de force. J’avais peur qu’ils fassent du mal à ma chienne. J’ai donc insisté pour rester dans ma voiture. 

Au départ, avant de se rétracter, la préfecture de police a parlé de certains de vos propos faisant l’apologie du terrorisme…

C’est faux. Je n’ai jamais tenu des propos faisant l’apologie du terrorisme. Comme l’un des policiers ne cessait de pointer son arme sur elle, je lui ai juste demandé pourquoi il agissait ainsi ? Il m’a répondu « Je le bute (NDLR: la chienne) et je te bute toi sans scrupules ». Je lui ai dit « si tu peux faire un truc comme ça, cela veut dire que tu es un mécréant ». Il a dit : « Comment tu sais qu’on est des mécréants ? ». J’ai répondu : « si t’es capable de commettre un tel acte c’est que tu crois en rien ». Je ne vois pas en quoi ces propos font l’apologie du terrorisme. Je suis croyante et pour moi, si tu es prêt à tuer une chienne et un être humain sans scrupules, c’est que tu n’as pas peur ni de la loi ni de Dieu, d’où l’utilisation du terme «mécréant». 

Où étiez-vous quand le policier a abattu votre chienne ?

J'étais dehors. Ils ont fini par me faire sortir de la voiture. La porte était restée ouverte. C’est à ce moment que ma chienne est sortie toute seule. Je criais « Lâchez-moi », « Lâchez-moi ». Ils étaient 3 à essayer de me faire rentrer dans la voiture de police. Je voulais récupérer mon sac que j’avais laissé dans ma voiture, il y avait tous mes papiers et de l'argent. Ils ont refusé. Le quatrième policier se tenait à proximité de ma chienne. Elle aboyait c'est vrai mais n’a jamais menacé qui que ce soit. D'ailleurs, plusieurs témoins confirment mes propos. C’est là que le policier a tiré. 

Pensez-vous que le policier a tué délibérément votre chien ? 

Oui, j’en suis sûre. Il y a deux semaines, alors que j’allais rendre visite à une amie, je l’ai croisé. Avec d’autres de ses collègues, ils étaient en train d’interpeller des jeunes. Je suis passée avec ma chienne en laisse devant eux. C’est alors que ce policier m’a dit avec un sourire narquois « cette chienne va avoir une mésaventure ». J’ai répondu : « Pourquoi, elle n’est pas méchante ? ». Il a dit « c’est la première fois que je vois une femme habillée comme vous avec un chien ». 

Une fois votre chienne morte, vous dites que les policiers ne sont pas allés directement au commissariat...

Oui, ils ont laissé la chienne gisant sur le sol. Et ils sont allés en direction du Pont de Saint-Ouen. A l’abri des regards, trois policiers, le dernier est resté avec moi, ont discuté entre eux. A leur retour, j’ai entendu l’un d’entre eux dire « c’est bon, on dit ça ». Je pense qu’ils se sont concertés. Et c’est à cet instant qu’ils ont commencé à parler de propos terroristes. Ensuite, quelques minutes plus tard, ils sont revenus sur les lieux du drame où d’autres voitures de flics étaient présentes (NDLR: Isabelle Mouréreau, conseillère municipale de l’Ile-Saint-Denis affirme avoir vu la voiture de police, où était Samia, partir et revenir quelques minutes plus tard). 

Sur les réseaux sociaux, beaucoup ont affirmé que les policiers ont essayé délibérément d’arracher votre voile. Qu’en est-il ? 

C'est faux. Pour me faire entrer dans la voiture, ils ont dû un peu tirer sur mon voile mais ce n'était pas délibéré. Par contre, plusieurs fois, dans la voiture mais aussi une fois arrivés au commissariat, des policiers m’ont narguée. Ils ont fait quelques remarques désobligeantes sur l’islam. 

Vous êtes la seule à porter le voile dans votre famille…

Oui, c’est vrai. Mais cela n’a jamais été un problème. Nous nous aimons et nous nous respectons tous. Chacun est libre de faire ce qu’il veut. J’ai aussi des tas d’amis athées, et ça ne me dérange pas.

Que comptez-vous faire ?

On va porter plainte. Ma chienne a été abattue gratuitement. Et j’ai été accusée par la préfecture de police de Paris d’avoir tenu des propos. Comme ils savent qu'ils ont commis une erreur, comme ils ont tué mon chien gratuitement, il fallait qu’ils me fassent passer pour une terroriste.

 >> Lire aussi :

Île-Saint-Denis. La conductrice voilée est en garde à vue pour outrage et non apologie du terrorisme

Île-Saint-Denis. « Ma cliente n’a jamais tenu de propos faisant l’apologie du terrorisme », Hosni Maati, l’avocat de la conductrice interpellée

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer