Algérie. Libye et Sahel au menu de la visite de Le Drian à Alger

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, effectuait mardi une visite à Alger visant à relancer les relations bilatérales, avec au menu les principales crises de la région : Libye et Sahel en tête.

Après son arrivée, il s’est entretenu avec son homologue algérien Sabri Boukadoum avant de rencontrer le Premier ministre Abdelaziz Djerad. Il a ensuite été reçu par le Président Abdelmadjid Tebboune dans l’après-midi. L’entrevue « a porté sur les relations bilatérales dans leurs dimensions humaine et historique, notamment dans le volet relatif à la mémoire (et) à la circulation des personnes », a indiqué un communiqué de la présidence algérienne.

M. Le Drian est le premier membre du gouvernement français à se rendre en Algérie depuis la visite de sa collègue de la Justice, Nicole Belloubet, il y a un an. L’année 2019 a été marquée par un mouvement massif de contestation du régime algérien, le « Hirak », conduisant à la démission du président Abdelaziz Bouteflika.

Un nouveau gouvernement a été mis en place à Alger à la suite de l’élection présidentielle du 12 décembre, largement contestée par le « Hirak ». « Les élections présidentielles ont eu lieu, il y a désormais un nouveau gouvernement avec lequel la France va travailler », a cependant assuré M. Le Drian, à l’issue de l’entretien avec son homologue algérien.

« Le président Tebboune a manifesté une ambition pour l’Algérie, celle de la réforme en profondeur pour renforcer la gouvernance, l’État de droit et les libertés, mais également pour relancer et diversifier l’économie conformément aux aspirations exprimées par les Algeriens depuis un an », a-t-il expliqué devant la presse.  « Il s’est engagé à conduire l’Algérie dans un esprit de dialogue afin que tous les Algériens puissent s’exprimer sur les réformes. Nous souhaitons qu’il réussisse », a poursuivi le ministre français.

Acteur régional incontournable

La visite de M. Le Drian à Alger s’inscrit également dans le cadre des efforts internationaux déployés pour résoudre la crise libyenne. Elle survient deux jours après un sommet international à Berlin où les principaux pays concernés par le conflit en Libye ont promis de respecter un embargo sur les armes et de ne plus interférer dans ses affaires intérieures, afin de tenter de ramener la paix dans ce pays déchiré par la guerre civile.

« Les questions régionales et internationales ont été au centre des entretiens, en particulier les derniers développements en Libye, à la lumière des résultats de la conférence de Berlin et la situation au Mali », précise la présidence algérienne. À Berlin, le président Tebboune a proposé d’accueillir un « dialogue » entre toutes les parties libyennes afin « d’éloigner le spectre de la guerre de toute la région ».

« Nous avons coordonné nos efforts pour permettre la mise en place d’un cessez-le-feu durable, la reprise du dialogue politique et nous allons agir ensemble pour que les efforts que nous avons initiés à Berlin puissent se poursuivre », a déclaré M. Le Drian à l’issue de sa rencontre avec son homologue algérien.

« L’Algérie est une puissance d’équilibre et de paix. Elle l’a rappelé récemment en lançant plusieurs initiatives diplomatiques. Elle est fermement attachée au respect de la souveraineté des États et au dialogue politique », s’est félicité le ministre français.

L’Algérie, qui partage près de 1 000 kilomètres de frontière avec la Libye, a multiplié ces dernières semaines les consultations pour tenter de contribuer à une solution politique. Après le Premier ministre italien Giuseppe Conte ainsi que les chefs de la diplomatie turque, égyptienne et italienne, le président turc Recep Tayyip Erdogan est attendu en début de semaine prochaine à Alger.

IL RACONTE

CHRONIQUES

LES DOSSIERS DU MAGAZINE

EDITOS

Articles les + lus


Agenda


LES SERIES DU MAGAZINE

ENVOYE SPECIAL

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer