Culture.Themeternel- 3 poèmes pour 1 confinement

Illustration - MANUEL COHEN / AFP

L’inventivité des internautes autour du coronavirus n’est plus à démontrer. Mais si la créativité se libère à l’heure du confinement, la curiosité, de son côté, s’aiguise.  Que ce soit pour lutter contre l’ennui ou la solitude, nous sommes probablement plus enclins à nous ouvrir à de nouvelles choses, ou renouer avec ce que l’on affectionne déjà mais que nous avions dû négliger, par manque de temps. C’est pourquoi nous avons sélectionné pour vous, amateurs de poésie ou non, trois poèmes orientaux, qui pourraient trouver leur écho aujourd’hui. Comme il y a autant d’interprétations possibles que d’individus sur terre, nous laisserons chacun d’eux atteindre le lecteur à sa façon.

Mahmûd Shabestarî (poète perse soufi, XIVème siècle) 

Sache que le monde tout entier est miroir,

dans chaque atome se trouvent

cent soleils flamboyants.

Si tu fends le cœur d'une seule goutte d'eau,

il en émerge cent purs océans.

Si tu examines chaque grain de poussière,

mille Adam peuvent y être découverts.

Un univers est caché dans une graine de millet ;

tout est rassemblé dans le point du présent

De chaque point de ce cercle

sont tirées des milliers de formes.

Chaque point, dans sa rotation en cercle,

est tantôt un cercle,

tantôt une circonférence qui tourne.

Traduction d’Eva de Vitray-Meyerovitch et Djamchid Mortazavi 

dans La Roseraie du Mystère 

Editions Sindbad

Poète anonyme (Kane wa Kane-Le constat existentiel, genre de poésie né à Baghdad)

Ô coeur de pierre, à quoi bon cette surdité, 

à quoi bon cette inconscience ?

Ne sens-tu pas le feu ardent de mes conseils

liquéfier toutes les pierres ?

Tu as utilisé ta fortune et tes dons

à des fins tristement futiles.

Puisses-tu t’arracher à ce terrible état

d’obstination afin de vivre !

Sans doute es-tu présent, mais ton coeur est au loin

et ton esprit tout obsédé.

Insensé, comment veux-tu donc que l’on te compte

au nombre des rares vivants ?

Ô malheureux, sors de ton état léthargique

et entends bien mon langage !

L’assemblée humaine comportera toujours

des êtres aux talents cachés.

Mais tes actes sont minutés et tes clins d’oeil 

connus malgré tes camouflages.

Si je t’envoie ces mots, c’est pour que tu t’éveilles 

enfin - ainsi que ta conscience !

Toute valeur, sache-le, est inscrite dans l’être, 

Et non dans la possession.

La poésie arabe, des origines à nos jours - Anthologie de René R. Khawam

Editions Libretto

Jalal al-Din Rûmi (poète soufi perse, XIIIème siècle)

Heureux le moment où nous sommes assis, toi et moi,

différents de forme et de visage, mais n’ayant qu’une seule âme,

toi et moi.

Les couleurs du bosquet et les chants des oiseaux nous conféreront l’immortalité, lorsque nous entrerons dans le jardin,

toi et moi.

Les étoiles du ciel viendront nous regarder :

nous leur montrerons la lune, et sa lumière,

toi et moi.

Toi et moi, libérés de nous-mêmes, serons unis dans l’extase, joyeux et sans vaines paroles.

Les oiseaux du ciel auront le cœur dévoré d’envie dans ce lieu où nous rirons si gaiement,

toi et moi.

Mais la grande merveille, c’est que toi et moi, blottis dans le même nid,

nous nous trouvons en ce moment l’un en Irak et l’autre au Khorassan,

toi et moi.

Traduction d’Eva de Vitray-Meyerovitch dans Anthologie du soufisme,

 Editions Albin Michel

>> Lire aussi :

Themeternel - Ibn Tufayl et la spiritualité

Themeternel - Dix citations pour un confinement

Themeternel - Khalil Gibran et l’Injustice

Themeternel - Camus et le coronavirus

Themeternel - « Le pain nu » à la lumière de la pauvreté au Maroc

IL RACONTE

CHRONIQUES

LES DOSSIERS DU MAGAZINE

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


ENVOYE SPECIAL

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer