Entrepreneur des deux rives.Said El Haddati, Google en redemande

DR

MAGAZINE NOVEMBRE 2017

Le cofondateur de Beekast, une application conçue pour dynamiser les réunions et autres événements professionnels, a séduit le géant du Net. Il nourrit désormais des ambitions internationales. 

C’est un sondage Ifop qui l’affirme : au-delà de cinquante-deux minutes, les cadres sont moins attentifs lors d’une réunion. Et 23 % d’entre eux décrochent même en moins d’une demi-heure. Un gâchis de temps et de compétences. Pourtant, l’ennui au travail ou à l’école n’est pas une fatalité. C’est du moins ce que prône Saïd El Haddati, cofondateur d’une start-up qui développe des solutions pour des réunions “efficaces”, “créatives” et même “agréables”.

Un bureau à Casablanca en janvier 2018

“Beekast est une solution web et mobile, simple et intelligente, permettant aux réunions, événements et formations de gagner en productivité et en interactivité”, vante le site de l’application. Laquelle, dès son lancement, en 2014, a séduit Google France et Google UK.

Saïd El Haddati n’est pas peu fier de compter le géant de l’Internet parmi ses clients. “Google utilise Beekast pour animer ses formations en marketing digital dans des universités partenaires. Certains étudiants nous ont ­demandé si l’application était un produit de Google ! C’est très flatteur pour nous”, sourit le Chief Customer Officer de l’entreprise, installée à Arcueil, en région parisienne, et qui compte une vingtaine de salariés.

L’appli propose plus de 50 fonctionnalités : mur de messages permettant à des participants de poser des questions en direct via leur smartphone, système de vote instantané, quiz pour tester les connaissances acquises, notamment à l’issue d’une formation, nuages de mots et autres outils de brainstorming. “Lors d’un événement, on fait tourner un micro qui permet à des intervenants de poser des questions. ­Certains s’étalent quand d’autres, peut-être plus pertinents, n’osent pas prendre la parole. Grâce à Beekast, on peut ­recueillir des dizaines de questions ou d’avis, ce qui permet de sonder l’opinion de la salle, d’obtenir des données plus précises.” Ces possibilités séduisent une vaste clientèle, universitaire, mais surtout corporate : ­Microsoft, EDF, Axa, Ernst & Young, Roland Berger…

Au Maroc, le groupe OCP utilise Beekast “pour quasiment toutes ses réunions” depuis décembre 2016. “Nous ouvrirons notre bureau à Casablanca en janvier 2018”, ­annonce Saïd El Haddati, convaincu que le Royaume est une formidable porte d’entrée pour conquérir le marché africain.

+ 400 % de chiffre d’affaires entre 2016 et 2017

Saïd El Haddati a toujours eu une âme d’entrepreneur. Lauréat de l’Ecole des mines de Nantes, le Franco-­Marocain rencontre son coéquipier Yassine Chabli en 2011, lors d’une mission professionnelle. Ensemble, ils se creusent les méninges, à la recherche d’idées d’entreprises innovantes. “C’est Yassine qui a proposé le concept. J’ai vite été emballé par son idée”, se réjouit Saïd, pas mécontent d’annoncer une évolution de 400 % du chiffre d’affaires de Beekast entre 2016 et 2017. Et ce, entre autres, grâce à une levée de fonds de 2,7 millions d’euros et à l’ouverture de nouveaux marchés, notamment à destination du secteur de l’éducation.

Très ambitieux, les fondateurs de Beekast veulent s’imposer comme les pionniers de ce marché dans le monde. “Nous attendons une nouvelle levée de fonds qui nous ­permettra de nous déployer davantage à l’international.”

IL RACONTE

CHRONIQUES

LES DOSSIERS DU MAGAZINE

EDITOS

Articles les + lus


Agenda


LES SERIES DU MAGAZINE

ENVOYE SPECIAL

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer