Justice.Enquête du Défenseur des droits sur la mort du livreur

Jacques Toubon se saisit de l’enquête sur la mort de Cédric Chouviat, décédé suite à une crise cardiaque provoquée lors d'une interpellation musclée le 3 janvier 2020. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Cela fait partie des missions de Jacques Toubon. Examiner les faits après ce qui ressemble fortement à une bavure policière : le décès de Cédric Chouviat.

Le Défenseur des droits va revenir sur le détail de la chronologie et va vérifier que la déontologie a été bien respectée par les policiers qui sont intervenus ce jour-là.

Le 9 janvier, Jacques Toubon a donc annoncé qu’il se saisissait de l’enquête, comme il peut le faire dans ce cas de figure. Il devrait rendre ses conclusions d’ici 12 mois, au plus tard.

Conclusions de l’autopsie

De son côté, la justice, a elle aussi, ouvert une enquête. Plus exactement, le Parquet de Paris a ouvert une information judiciaire après la mort de ce conducteur de scooter, lors de son interpellation pour téléphone au volant, à Paris, le 5 janvier dernier.

Les termes des conclusions de l’autopsie ne semblent pas laisser de doute: « manifestation asphyxique », « fracture du larynx » et « état antérieur cardiovasculaire ». L’IGPN a également été saisie.

« Bavure policière »

La famille de Cédric Chouviat met en cause les techniques d’interpellation, que bon nombre d’associations dénoncent depuis longtemps et appellent à interdire en France.

Elle dénonce également une « bavure policière ». L’avocat des policiers, lui, met en avant l’attitude du livreur et évoque une « provocation verbale multiple et agressive ».

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer