Justice.Il y a deux ans, Adama Traoré était tué par les gendarmes

Paris-26 mai 2018. Assa Traoré, sœur d'Adama Traoré, lors de la manifestation Marée populaire. YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP

Ce jeudi 19 juillet 2018, Adama Traoré aurait eu 26 ans. Il y a deux ans, le jour de son anniversaire, il était tué après son interpellation par des gendarmes à Persan Beaumont (95). 

"Le 19 juillet 2016, Adama portait un bermuda, un bob sur la tête, il promenait son sourire à vélo dans les rues de la petite ville où nous avons tous grandi, Beaumont-sur-Oise. Insouciant, et heureux de fêter, le soir, ses 24 ans. Il avait fait refaire sa pièce d’identité, la mairie avait prévenu le jour même que le document était prêt, il avait prévu d’aller le récupérer. Une journée comme une autre, en somme", écrit la sœur du défunt Assa Traoré dans une lettre envoyée au président Macron et à la garde des Sceaux.

"Jusqu’à ce que des gendarmes croisent le chemin de mon petit frère. Et tout a chaviré. Adama a fui, convaincu que les agents allaient le placer en garde à vue, puisqu’il n’avait pas sur lui sa carte d’identité. Course-poursuite. Chasse à l’homme. Plaquage ventral. Asphyxie. Malaise. Plus de pouls, plus de souffle. D’un coup. Arraché au monde, Adama. Terminée, sa vie", continue-t-elle. 

Depuis la mort du jeune homme, la justice semble au point mort dans cette affaire.

"Depuis deux ans, nous attendons que les gendarmes soient au moins entendus, sinon mis en examen concernant "les circonstances dramatiques" dans lesquelles mon frère de 24 ans a perdu la vie. Ils sont pourtant les seuls à savoir : Comment Adama a été arrêté ? Comment Adama a été poursuivi ? Comment Adama a été plaqué au sol ? Comment Adama a été étouffé de tout leurs poids ? Pourquoi Adama a été conduit à la gendarmerie plutôt qu’à l’hôpital ? Pourquoi Adama était inconscient au sortir de leur véhicule ? Pourquoi les secours l’ont trouvé au sol, menotté ? Comment est-il mort sous leurs yeux ?", interroge Assa Traoré. 

Sa famille et ses proches organisent ce samedi 21 juillet un rassemblement à Beaumont-sur-Oise pour marquer les deux ans de la disparition d'Adama. "La vie d’Adama Traoré, citoyen français, ne valait pas moins qu’une autre. Sa mort mérite des réponses", conclut déterminée Assa Traoré.

Nadir Dendoune

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

ON A TESTE

LES SERIES DU MAGAZINE

RECETTES

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer