Les berbères ont aussi leur appli de rencontres

 Les berbères ont aussi leur appli de rencontres

Djemal Azoug, fondateur du site de rencontres Elite Berbère (Archives personnelles de Djemal Azoug)

Répartis dans le Maghreb et le monde, les berbères, jouissant d’une forte attache à leur culture et leur patrimoine, ne possédaient pas d’appli de rencontre qui leur était dédiée. C’est chose faite dorénavant avec Elite Berbère, qui entend aller au-delà du simple site d’agence matrimoniale.

Elite Berbère, site de rencontres entre amazighes
DR

C’est une particularité que l’on a du mal à s’expliquer. Après les rencontres par âge, par religion ou par opinion politique, une communauté importante était encore écartée : les berbères. Djamel Azoug, qui est passé par l’immobilier et le commerce repère cette anomalie. « Cela fait un an et demi que nous existons, indique l’entrepreneur. Je me suis dit qu’il fallait une application innovante. »

Avec un capital de 1000 euros, il s’entoure d’une équipe compétente pour toucher un marché important. « Le site de rencontre Elite Berbère vise 36 millions de personnes dans le monde avec un abonnement à 19,99 euros. Actuellement, il y a 10 à 15 000 personnes inscrites. Nous avons eu plusieurs  propositions pour des levées de fonds car tout le monde voit notre potentiel. »

>>Lire aussi :Printemps Berbère : le 20 avril 1980, la Kabylie défiait le pouvoir algérien

Une communauté fière de ses valeurs

Unique site dans le monde à prendre en considération les rencontres entre berbères (du Maroc, d’Algérie ou de Tunisie), l’application s’adapte au génération 2.0. « On est dans une ère du digital. Nous ne sommes pas comme nos parents qui se rencontraient lors de cérémonies de mariage ou de récupération d’eau dans les montagnes. Ca a changé. »

La part culturelle et patrimoniale n’est pas oubliée. « Nous ne faisons ni dans la politique, ni dans le religieux. Tout le monde peut s’inscrire. Quand on s’inscrit, on peut choisir sa nationalité. Il s’agit d’un attachement culturel plus qu’à une identité. »

Dans un premier temps en français, le site devrait avoir une version en anglais et en amazigh. Un moyen de se rapprocher de la communauté berbère d’Afrique. « Les gens qui viennent de la même zone géographique ont de plus de facilité à échanger. Nous mettons un point d’honneur à modérer particulièrement les utilisateurs du site pour les photos, descriptions ou commentaires. »

Le site de rencontres souhaite aussi rassembler une communauté au delà des différences. Le fondateur garde à l’esprit l’importance des valeurs transmises par les berbères. « On n’en fait pas assez sur la promotion de la culture. Malgré la reconnaissance de la langue, nous ne sommes qu’à 20 à 30% de ce qu’on peut faire. Si je peux aider, je peux, je le ferais avec plaisir avec des rencontres physiques, culturelles ou des conférences. »

>>Lire aussi : Le Maroc élu vice-président du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).