Religion. Le ton monte entre le CFCM et le ministre de l’Intérieur

La réforme de la loi de 1905, pierre angulaire de la laïcité en France, suscite la polémique. Jack Guez/AFP

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a déploré mercredi soir à Strasbourg la « frilosité » des réformes menées par le Conseil français du culte musulman (CFCM), quelques heures après que celui-ci lui eut reproché sa « désinvolture ».

« Je mène depuis plusieurs mois un dialogue avec le CFCM, notamment dans ses travaux de réforme. Je ne peux hélas que constater la frilosité du CFCM », a déclaré M. Castaner, à l'occasion d'un repas de rupture du jeûne du ramadan organisé dans la capitale alsacienne.

Le ministre de l'Intérieur a à l'inverse rendu un hommage appuyé au Conseil régional du culte musulman (CRCM) d'Alsace, « un modèle, un laboratoire d'idées », notamment via ses actions de prévention de la radicalisation et la création d'un conseil des imams d'Alsace.

Le CFCM avait dénoncé plus tôt dans la journée la « désinvolture à l'égard des musulmans de France » du ministre qui n'avait pas assisté à la rupture du jeûne du ramadan (iftar) organisée mardi soir à Paris. « C'est la première fois depuis que le CFCM organise un iftar qu'un ministre de l'Intérieur (également chargé des cultes, NDLR) ne répond pas favorablement à notre invitation », avait déploré le délégué général de l'organisation, Abdallah Zekri.

Réforme de la loi de 1905 en ligne de mire

En novembre, l'exécutif avait annoncé son intention de revoir la loi de 1905, afin de mieux organiser et encadrer le financement de l'islam en France. L'une des principales mesures envisagées consisterait à transformer la gestion des mosquées pour qu'elles ne relèvent plus du régime des associations loi 1901, mais de celui des associations loi 1905 qui permet davantage de contrôle.

Tout en souhaitant que « l'approche apaisée et constructive qui se bâtit ici à Strasbourg puisse être un exemple et une inspiration partout en France », M. Castaner a souligné que le régime du Concordat liant l’État français et le Vatican, en vigueur en Alsace où la loi de 1905 ne s'applique pas, constituait « un modèle très spécifique (qui) ne peut pas être étendu à d'autres cultes ou d'autres territoires », alors que des voix s'élèvent régulièrement pour demander son extension à l'islam. M. Castaner a également écarté l'idée de créer une faculté de théologie musulmane au sein de l'université publique à Strasbourg, où existent des facultés de théologie catholique et protestante.

« Ma première conviction, c'est que la loi de 1905 est la pierre angulaire de la laïcité partout où elle s'applique en France », a ajouté le ministre mercredi soir. Il a souligné la nécessité de « s'assurer que si la République ne s'immisce pas dans les cultes, aucun État étranger ne puisse le faire » et de veiller à ce que les cultes se dotent « de représentants réellement représentatifs ».

Rached Cherif

À lire aussi :

Dossier du Courrier. L'Islam de France, le grand capharnaüm

France. Laïcité : Emmanuel Macron reçoit les représentants des cultes à l’Élysée

France. Un maire veut interdire la pratique de l’islam sous peine d’expulsion

IL RACONTE

CHRONIQUES

LES DOSSIERS DU MAGAZINE

EDITOS

Articles les + lus


Agenda


LES SERIES DU MAGAZINE

ENVOYE SPECIAL

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer