Afrique : l’OMS déplore les « inégalités choquantes » d’accès aux vaccins

 Afrique : l’OMS déplore les « inégalités choquantes » d’accès aux vaccins

La ministre ougandaise de la Santé Jane Ruth Aceng (2e D) posant devant la première livraison COVAX de doses du vaccin AstraZeneca, le 5 mars 2021. Tina SMOLE / AFP

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déploré mardi les « inégalités choquantes d’accès aux vaccins » contre le covid-19. L’Afrique notamment est très en retard dans le processus de vaccination. Ces retards vont avoir un impact important, non seulement pour l’économie du continent, mais aussi pour l’économie mondiale.

 

À l’ouverture d’une réunion annuelle virtuelle des ministres de la Santé du continent africain, l’OMS a renouvelé son appel à la mobilisation. « Dans le monde, 140 pays ont vacciné au moins dix pour cent de leur population, mais (en Afrique), seuls quatre pays ont pu atteindre cet objectif, en raison des inégalités choquantes d’accès aux vaccins », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

Selon lui, « la crise liée au vaccin illustre la faiblesse fondamentale aux racines de la pandémie ». Le responsable, lui-même de nationalité éthiopienne, a pointé « le manque de solidarité mondiale et de partage – partage d’informations et de données, d’échantillons biologiques, de ressources, de technologie et d’outils ».

Lire aussi >> Vaccination : l’Afrique risque l’impasse faute de doses

Afin de renforcer la solidarité mondiale, le directeur général de l’OMS a appelé les pays africains à soutenir « un traité international ou tout autre instrument légal permettant d’améliorer la coopération internationale » en matière de riposte à la pandémie. Ce traité pourrait être discuté en novembre lors d’une session spéciale de l’Assemblée mondiale de la Santé.

Le lourd tribut de l’Afrique

« Le dispositif Covax a livré 40 millions de doses de vaccins en Afrique, ce qui ne représente qu’une petite fraction des doses nécessaires pour protéger les populations du continent contre les risques de maladie grave et de décès liés au Covid-19 », a également souligné Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. Selon elle, l’épidémie de Covid-19 représente « à la fois une opportunité et un rappel frappant du besoin de repenser les systèmes qui renforcent l’équité, et d’investir davantage dans le développement d’un monde plus sain et plus juste ».

Lire aussi >> Afrique. Coronavirus : un vaccin marocain

Cette nouvelle prise de position de l’OMS intervient alors qu’une étude met en garde contre l’impact économique de la lenteur de la campagne mondiale de vaccination. Selon le centre de recherche The Economist Intelligence Unit (EIU) auteur de l’étude, « les pays qui auront vacciné moins de 60 % de leur population à l’horizon mi-2022 enregistreront au total des pertes de PIB de 2 300 milliards de dollars, sur la période 2022-2025 ».

Lire aussi >> La lenteur de la vaccination pourrait coûter 2 300 milliards $ de PIB mondial

Les deux tiers de ces pertes seront subis par des pays émergents, majoritairement en Afrique. Un impact qui va ralentir leur rattrapage économique avec les pays plus développés, avertit l’EIU dans sa note. À long terme, la crise sanitaire devrait donc alimenter la pauvreté et les risque de troubles sociaux dans ces zones.

 

Mohamed C.