Binationaux/emplois sensibles : la proposition RN enflamme la classe politique

 Binationaux/emplois sensibles : la proposition RN enflamme la classe politique

Le président du parti d’extrême droite français RN et principal eurodéputé Jordan Bardella, à Paris le 24 juin 2024. (Photo : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

Empêcher l’accès de binationaux à certains postes de l’administration ou encore de l’armée. La proposition du Rassemblement national (RN) qui fait réagir toute la classe politique.

« On parle là de dizaines, quinzaines de postes (…) Ça ne va vraiment pas changer la vie des 3,5 millions de binationaux en France », expliquait ce matin (26 juin – TF1), la porte-parole du RN, Laure Lavalette.

Celle-ci tentait de désamorcer la polémique créée par l’annonce de Jordan Bardella, lors de la présentation du programme du RN pour les élections législatives anticipées (30 juin au 7 juillet).

« Nous n’entendons pas remettre en cause la double nationalité (…). En revanche, nous entendons effectivement réserver un certain nombre d’emplois stratégiques dans les secteurs notamment liés à la sécurité et à la défense exclusivement à des citoyens français », annonçait le président du RN, lundi (24 juin).

 

>> A lire aussi : Education : le programme du RN jugé peu innovant et discriminatoire par les syndicats

Stigmatiser

« Ils ne veulent pas voir de personnes issues de l’immigration devenir des personnalités publiques », réagissait hier (25 juin) Najat Vallaud-Belkacem, ex-ministre de l’Education nationale et Présidente de l’association France Terre d’Asile.

Manuel Bompard, coordinateur de la France Insoumise, se pose sur la même ligne que l’ex-ministre PS. « Il est normal que les prétendants à certains emplois stratégiques soient soumis à une enquête. C’est déjà le cas. La proposition de Jordan Bardella vise uniquement à stigmatiser nos concitoyens binationaux », pointait hier, le membre de LFI, via le réseau social X.

(De gauche à droite) Jordan Bardella, le Premier ministre français Gabriel Attal et Manuel Bompard, lors d’un débat politique diffusé sur TF1, le 25 juin 2024, avant les élections anticipées de la France pour une nouvelle assemblée nationale le 30 juin et le 7 juillet 2024. (Photo par Stefano RELLANDINI / AFP)

« Demi-national »

« Le message que vous faites passer, c’est que quand on est binational, on est demi-national, on ne serait pas des vrais Français », fustigeait hier (25 juin), le Premier ministre, Gabriel Attal, lors du premier débat entre Jordan Bardella, Manuel Bompard et l’actuel chef du gouvernement (25 juin).

Concernant l’interdiction des emplois sensibles aux binationaux, le chef de file du RN se justifiait plus tôt dans la semaine : « Est-ce qu’aujourd’hui on imagine des Franco-Russes travailler au ministère des Armées ? ».

Hier, lors du débat, Gabriel Attal a épinglé Jordan Bardella : « Tamara Volokhova est votre conseillère franco-russe au Parlement sur les questions de défense et sécurité. Votre proposition ne concerne pas les Franco-Russes mais est un calcul électoraliste sur le dos des binationaux ».

 

Charly Célinain