Concert hommage, Mix ta Race au Soudan, au Trianon

 Concert hommage, Mix ta Race au Soudan, au Trianon

La soirée animée par une multitude d’artistes se veut un hommage au peuple soudanais.

A l’initiative de la cinéaste franco-tunisienne Hind Meddeb, l’IMA s’associe au Trianon, pour rendre hommage au Soudan. Ce sera le 14 juin.

C’est une commémoration par la création, par le chant et la musique d’un événement éminemment tragique. Il y a deux ans, un massacre a été perpétué à Khartoum le 3 juin 2019, contre les manifestants opposés au régime militaire. A cette occasion, l’IMA, le collectif Mix Bros, le Paris-New York Heritage Festival et le Trianon présentent un spectacle pour honorer la mémoire des Soudanais. Ceux tombés en martyrs et ceux qui luttent pour leur liberté. Cette initiative de la cinéaste franco-tunisienne Hind Meddeb met sur le devant de la scène des artistes de tous bords.

Le combat d’un peuple mis à l’honneur

Ce spectacle hors les murs de l’IMA est organisé pour honorer le combat d’un peuple qui a payé cher sa liberté. La soirée, rythmée en deux temps, sera animée, entre autres, par le groupe Yalla Sawa, musiciens soudanais en exil installés à Paris. Un espace de création sera aménagé pour commémorer cette fois-ci les dix ans des révolutions arabes. Cet espace sera orchestré par le collectif « Mix ta race », avec la complicité d’artistes engagés, français et issus de différentes diasporas.

>> Lire aussi :Lyna Mahyem, “femme forte” et chanteuse engagée

Le flûtiste soudanais Ghandi Adam, installé en Europe, figure parmi les vedettes du spectacle. Mais encore, les chanteuses Rasha Sheikh El Din et Awa Ly. Camélia Jordana sera présente. Également Abd Al Malik avec Arthur H et Bachar Mar-Khalifé. Sans oublier Lynn Adib, Zeid Hamdan et Emel.

Une soirée cosmopolite et engagée qui s’insère dans le programme des Arabofolies. Le festival musical, des arts et des idées initié par l’IMA. Une soirée qui prend à l’occasion de cet événement ” Mix ta race au Soudan”, une dimension autre. Celle d’un peuple épris de liberté.

 

Mishka Gharbi