Une rencontre pour clarifier le concept de laïcité à l’école

 Une rencontre pour clarifier le concept de laïcité à l’école

Salika Amara


La laïcité, notion souvent détournée de sa définition première, parait aujourd’hui un concept assez flou. L’association Filles et fils de la République organisera demain (13 janvier), une rencontre-débat autour du livre « Petit manuel pour une laïcité apaisée », écrit par le cercle des enseignants laïques sous la direction de Jean Baubérot, historien spécialiste de la laïcité. Une rencontre et un livre ayant pour but de clarifier le concept de laïcité comme le confirme Salika Amara, présidente de l’association.


LCDL : Depuis trente ans, la laïcité au sein de l'école est mise à l'épreuve. Selon vous, cet ouvrage peut-il vraiment amener vers un début d'apaisement sur ce sujet ?


Salika Amara : Je vais remonter à la loi sur la laïcité qui date de 1905. Cette loi a évolué avec le temps. Elle n'est pas aussi rigide qu'on pourrait le penser. A l'heure actuelle, elle est complètement dénaturée. Et notamment à partir de 1989, parce que la problématique du voile s'est posée et à chaque fois qu'il y a problématique en France, on est toujours en train de brandir cette laïcité. Comme si cela pouvait résoudre toutes les problématiques qui se posent aujourd'hui à la France, sans s'occuper des véritables problèmes. La laïcité devient un voile qui recouvre d'autres problématiques sur lesquelles on ne veut pas se pencher.


Ce qui est intéressant dans ce livre c'est qu'il y a deux parties. Une première qui est théorique et qui va reprendre la plupart des textes qui vont être analysés, commentés. Nous allons voir que cette loi sur la mixité a subi énormément d'accommodements, et ce dès le départ. La seconde partie du livre montre des problématiques qui se sont posées dans le cadre de la scolarité et des « remèdes » pour pouvoir éviter tout conflit ou toute confrontation avec l'élève que ce soit du primaire au lycée en passant par le collège. C'est un livre qui reste, comme le disent les auteurs dans leur titre, à l'usage des professeurs, des parents et des élèves.


Plus récemment, la question des mamans voilées privées de sorties scolaires avec leurs enfants par certains établissements est-elle révélatrice des difficultés d'appliquer, de façon juste, la loi concernant la laïcité ?


En 2004, on a instauré une nouvelle loi et celle-ci est très claire, elle interdit tout signe ostentatoire [La loi du 15 mars 2004 interdit les signes et les tenues qui manifestent ostensiblement une appartenance religieuse, ndlr]. Mais à partir de cette loi de 2004, ça devient du n'importe quoi. Pourquoi ? Parce qu'une loi ça s'interprète. Ca évolue par rapport à des contextes, des chefs d'établissement ou des enseignants qui y sont confrontés parce que, par exemple, la fille a mis un bandeau et qu'on ne voit pas beaucoup ses cheveux… Il y a plein de stigmatisations comme ça (…) Et on s'éloigne complètement, justement, de cette loi de 1905.


Selon cette dernière, toute croyance est possible. Si toute croyance est possible, la leur l'est également. Donc cette problématique des mamans voilées par rapport aux sorties scolaires est importante (…) C'est très stigmatisant vis-à-vis des enfants psychologiquement. Le fait que l'école refuse leur mère. Très récemment Najat Vallaud-Belkacem l'a dit, ce sera aux chefs d'établissement d'interpréter. Parce qu'on n'ose pas légiférer. Parce que légiférer là-dessus, ce serait encore gravissime et ça n'a aucun sens (…) Et puis comme le disent certaines mamans, quand il s'agissait d'amener les gâteaux ou de faire la fête, on les trouvait bien. Et là pour sortir, pour la culture, pour l'ouverture elles ne sont pas désirées (…) On stigmatise toute une population et ça n'a pas lieu d'être parce que la loi de 1905 ce n'est pas ça. 


Qu'est-ce que vous espérez que les participants à cette rencontre en retirent, en retiennent ?


Ce livre est écrit par le cercle des enseignants laïques sous la direction de Baubérot. Donc trois enseignants vont venir parler de leur livre. Ces trois enseignants exercent en Seine-Saint-Denis, donc ils sont véritablement confrontés à toutes ces problématiques. C'est donc important qu'il y ait, demain soir, des enseignants pouvant être confrontés à ces problèmes. Là, ils trouveront des personnes qui ont réfléchi à ces questions et qui pourront répondre.


C'est aussi pour les jeunes, pour leur permettre de comprendre ce qu'est la laïcité.


Dans le livre, il y a toute une analyse de la charte qui est affichée obligatoirement dans tous les établissements scolaires. Ca va leur permettre de mieux appréhender ce texte et de voir qu'au sein même de ce texte, il y a des accommodements, voire des contradictions, entre l'un ou l'autre des « commandements ». Donc c'est aussi très important que les jeunes se saisissent de cette loi et la comprennent. C'est une question très importante au sein de l'école parce que nous y sommes tous confrontés. Jaurès disait en 1904, donc un petit peu avant la promulgation de la loi, que « La République doit être laïque et sociale. Elle restera laïque si elle sait rester sociale ».


CH. Célinain


Rencontre-débat autour du livre « Petit Manuel pour une Laïcité Apaisée – A l'usage des profs, des élèves et de leurs parents ». Vendredi 13 janvier, à 19h30 au Centre social petit prés Sablières (Créteil – 94)

Charly Celinain

Charly Celinain