Le Grand Festival : la diversité contre les discriminations

 Le Grand Festival : la diversité contre les discriminations

Célébrer la diversité et l’engagement artistique. Le Grand Festival revient au musée de l’Histoire de l’immigration.

 

Lutter contre le racisme

« Lutter contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT », les valeurs sont clairement affichées. Celles défendues par le Grand Festival, organisé par le musée de l’Histoire de l’immigration. Avec le soutien de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH).

Littérature, danse, musique, du 16 au 20 septembre, le festival proposera huit événements engagés gratuits qui invitent à réfléchir sur la notion de discrimination.

Désobéïr

Alors qu’un projet de loi pour lutter contre le séparatisme est à l’étude du côté du gouvernement, le Grand Festival nous ramène à une célébration de la France plurielle.

Avec son spectacle « Désobéïr » (17 septembre),  Julie Berès veut montrer une France métissée. La metteure en scène « a demandé à des filles, petites-filles ou arrière-petites-filles d’immigrés d’Aubervilliers « Comment s’inventer soi-même ? », « Faut-il désobéir pour vivre ? » ».

Des réponses à ces questions qui ont permis l’écriture de ce spectacle soulevant les problématiques en rapport avec la religion, l’amour, le racisme, les traditions…

« Langagement »

Quand le dessin et l’humour combattent les discriminations. Autre temps fort du festival, la soirée « Langagement » (19 septembre) lors de laquelle des dessinateurs et des humoristes pointent la problématique des préjugés et s’exprimeront « à travers leurs disciplines sur les stéréotypes et les inégalités ».

« Langagement » c’est aussi une soirée ayant l’ambition de lancer « des débats d’un nouveau genre pour réfléchir collectivement et s’engager ». Dans la droite ligne de ce festival en prise avec les sujets sociétaux qui agitent l’Hexagone.

 

Charly Celinain