Les Roms vivent en moyenne 10 ans de moins que les Européens

 Les Roms vivent en moyenne 10 ans de moins que les Européens

Camp de Roms à Perpignan. Stéphane Ferrer Yulianti / Hans Lucas / AFP

Malnutrition et espérance de vie en deçà de la moyenne nationale. Ce sont les résultats d’une étude européenne qui porte sur les populations Roms.

 

Il s’agit d’une étude de l’Agence européenne des droits fondamentaux parue hier, le 23 septembre. L’espérance de vie des Roms est de 10 ans inférieure à celle de la population en général au sein de l’UE.

Autre enseignement que l’on tire de cette enquête : un enfant rom sur quatre vit dans un ménage qui ne peut accéder aux produits de base, tels qu’une alimentation saine ou du chauffage, ou qui a des difficultés à payer le loyer. Beaucoup sont donc confrontés à la faim.

L’enquête s’est basée sur une série d’entretiens réalisés auprès de plus de 4 500 Roms. En Belgique, en France, en Irlande, aux Pays-Bas, en Suède et au Royaume-Uni. Cette étude a été menée entre décembre 2018 et juillet 2019.

 

Hostilité

Ce rapport met en lumière les difficultés choquantes que subissent trop de Roms et de Gens du voyage dans l’Europe d’aujourd’hui. Et il n’est pas le seul, produit par l’Agence européenne des droits fondamentaux.

Une autre étude de ce même organisme révèle qu’un tiers des parents roms affirment que leurs enfants ont subi des harcèlements verbaux à l’école en raison de leur identité.

Une hostilité ressentie en dehors du cadre scolaire puisque 52% des Français seraient mal à l’aise à l’idée d’avoir des Roms ou des Gens du voyage comme voisins.

La France est d’ailleurs le pays de l’Union européenne où ce dernier chiffre est le plus élevé.

Chloe Juhel

Chloe Juhel