Solidarité : les citoyens en marche

 Solidarité : les citoyens en marche

Des dizaines de militants font halte à Macon


Pour un meilleur accueil, les citoyens donnent l'exemple à la République et se sont mis en marche de Vintimille jusqu'à Londres.


En marche


Une marche ralliant Vintimille (Italie) à Londres, entre le 30 avril et le 8 juillet. En organisant cet événement, l'association l'Auberge des migrants, aidée par la Roya citoyenne, avait des objectifs précis : militer pour l'accueil des migrants, « contre le « délit de solid


arité », contre le blocage de la frontière franco-italienne et de la frontière franco-britannique ». Comment a germé cette idée ? Cette idée est née le plus simplement du monde, dans la tête de François Guennoc (vice-président de l'Auberge des migrants) comme le confie le président de l'association, Christian Salomé : « Il vous dira tout simplement que suite à une nuit d'insomnie, il a eu cette idée géniale. Qu'il s'est lancé là-dedans avec une petite équipe et que ça marche très bien ». Et c'est le cas de la dire.


Importance des relais locaux


Dès mercredi (13 juin), les marcheurs entreront en région parisienne. Alors que plus des deux tiers de la distance finale ont été parcouru, le pari semble déjà réussi pour cette marche. L'apport des relais locaux sont très important puisque ce sont eux qui permettent les rencontres avec les citoyens mais également « la valorisation des actions locales d’aide aux migrants ». Que ce soient les marcheurs ou ceux qui les accueillent dans différentes villes, cette initiative est d'ores et déjà positive.


« Et après ? »


Dans un contexte où la loi « Asile et immigration » sera examinée ce mois juin par les sénatrices et sénateurs, le président de l'Auberge des migrants veut retenir ce qu'il y a de positif dans cette actions : « Beaucoup nous disent "Et après ? Que peut-on faire après ?". Je ne vais pas vous dire que j'attends des modifications de la part du gouvernement. L'important c'est que des gens se sont mis en marche. Après on ne sait pas, mais un mouvement d'accueil, de sympathie, de sensibilisation à ces gens qui arrivent en France, a été mis en place ».


La nouvelle loi « Asile et immigration » sera-t-elle en faveur de l'abrogation du délit de solidarité ? Les espoirs sont minces pour les organisations de soutien à un accueil dignes des migrants. Cependant, pour ces dernières, le fait que pendant deux mois et demi, des citoyens de toute la France se soient investis dans cette marche et son bon fonctionnement, est synonyme d'espoir.


Charly Célinain



 

Charly Celinain

Charly Celinain