Maroc : la qualité des eaux de baignades en recul et 20 plages éco-labélisées

La haute et chaude saison ouvre grandes ses portes et avec elle des préoccupations sont à l’ordre du jour, tel le recul de la qualité des eaux de baignades. Ainsi le secrétariat d’Etat chargé de l’Eau et de l’Environnement en partenariat avec le ministère de l’Equipement et des Transports et la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement ont fait le point de la situation sur le programme de surveillance de la qualité des eaux de baignade, et les nouvelles ne sont pas toujours très bonnes. Selon le rapport national couvrant la période 2010-2011, a été enregistrée : « une dégradation de la qualité des eaux de baignade de la quasi-totalité des plages influencées par des cours d’eau  pour la saison 2010-2011».

Bon à savoir, le programme national de surveillance des eaux de baignade, est un programme annuel qui supervise la conformité des eaux de baignades selon les normes nationales et internationales et conformément aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé et du Programme des Nations Unies pour l’Environnement.

Il en ressort de ce rapport que quelque 325 stations (soit 94,48%) ont été déclarées de qualité microbiologique conforme aux exigences réglementaires pour la baignade contre 96,7% en comparaison avec la saison écoulée ont souligné de hauts responsables des départements de l’environnement et de l’équipement lors d’un point de presse tenu mardi à Rabat.

Ce sont les fortes pluies qu’a connues le Maroc, selon le rapport qui sont à l’origine de cette dégradation puisque, “les cours véhiculent des charges polluantes dues au déversement des eaux usées domestiques, industrielles ou agricoles et sont parfois également le siège d’ordures ménagères”.

Le programme national de surveillance de la qualité des eaux de baignades a concerné 141 plages, dont 39 au niveau de la Méditerranée et 102 au niveau de l’Atlantique, soit 353 stations et 3.927 prélèvements, de même le nombre des stations non conformes est passé de 11 à 19 stations sur la même période stipule le rapport. Lequel ne manque pas de recommander aux départements chargés du domaine public maritime et du domaine public hydraulique d’unir leurs efforts afin de minimiser les sources de contamination des eaux de baignades provenant des bassins en amont.

Le sable à son tour a fait l’objet de laborieuses études et, apprend-on, 10 plages ont été soumises aux d’analyses chimiques et typologiques. Les déchets constitués sur les sites explorés sont plutôt en matières plastiques et bois. « Les échantillons de sable prélevés ne présentent pas de contamination ni par les métaux lourds ni par les hydrocarbures », certifie Najlaa Diouri, directrice des ports et du domaine public maritime au ministère de l’Equipement et des Transports.

In fine, et pour la présente saison estivale, 20 plages marocaines sur les 62 inscrites dans le programme « plages propres », brandiront un pavillon bleu a indiqué, mercredi, un communiqué de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’Environnement. Cet éco-label international est géré par la Fondation de l’Education à l’Environnement (FEE), réseau d’ONG de 60 pays, qui s’active à lancer de par le monde des programmes de sensibilisation à l’environnement.

M. G.

?

root