Où en est le “Certificat sanitaire européen” ?

 Où en est le “Certificat sanitaire européen” ?

Après d’âpres négociations, les parlementaires européens ont obtenu que les Etats membres de l’Union européenne acceptent la facilitation des voyages au sein de l’Union pendant la période estivale. Les Etats membres se contenteront d’un « certificat sanitaire européen » pour passer ses vacances dans un pays de l’Union et ce, à compter du 1er juillet.

Cinq pays ne seront prêts que vers mi-août pour le certificat sanitaire européen (digital ou papier). Il s’agit de l’Allemagne, l’Espagne, la Finlande, l’Irlande et la Suède. Mais ils se sont engagés à accepter le certificat émis par les autres pays de l’Union dès le 1er juillet. 

Le texte de loi va être soumis au vote du Parlement européen lors de sa plénière programmée le 7 juin. Il est prévu d’autres mesures comme les tests Covid et/ou les quarantaines si les conditions sanitaires se dégradent, à charge pour le pays concerné d’annoncer ces mesures 48h à l’avance. 

>> Lire aussi : Pass sanitaire : la CNIL d’accord, mais sous conditions

Les citoyens ou résidents de l’Union pourront circuler librement au sein de l’espace Schengen en présentant le « Certificat numérique Covid » lequel sera délivré aux personnes vaccinées, ou guéries du Covid ou présentant un test négatif. S’agissant des tests et pour respecter le principe d’équité, l’UE mobilisera une enveloppe de 100 millions d’euros pour rendre ces tests abordables. Entre la France qui pratique la gratuité des tests et la Suède où le test est facturé à 180 euros, il n’y avait pas de position harmonisée et équitable en la matière. 

Le certificat retenu comportera un code-barres pour être authentifié facilement par les autorités douanières aux frontières tout en évitant les risques de fraude. Ce certificat comptera les informations nécessaires que sont : nom et prénom, type de vaccin reçu, nombre de doses et la date de vaccination. L’ensemble de ces donnés personnelles ne seront pas stockées par les pays visités. 

>> Lire aussi : Covid-19 : le Sénat valide le pass sanitaire, sous conditions

Malika El Kettani