Proche-Orient. Le Sénat irlandais vote l’interdiction des importations en provenance des colonies israéliennes

Les sénateurs irlandais ont voté mercredi un projet de loi interdisant les importations de biens et services en provenance des colonies israéliennes implantées dans les territoires palestiniens. Ce texte, voté contre l’avis du gouvernement, doit encore être adopté par la chambre des représentants pour entrer dans la législation du pays.

Le texte a été voté par 25 députés de toute l’opposition avec le soutien d’indépendants. 20 ont voté contre et 14 se sont abstenus. Il interdit « l’importation et la vente de biens, services et ressources naturelles provenant de colonies illégalement occupées ». Derrière cette expression, les sénateurs ciblent en particulier les implantations israéliennes en Palestine.

Le vote, initialement prévu au début de l’année, a été repoussé à la demande du gouvernement irlandais. Ce dernier, sous la pression israélienne, a tenté en vain d’amender le texte pour adoucir son contenu.

Le vote a provoqué la colère d’Israël qui estime dans un communiqué que le « Sénat irlandais apporte son soutien à un boycott anti-israélien populiste, dangereux et extrémiste qui réduit les chances de dialogue entre Israël et les Palestiniens ». L’ambassadrice d’Irlande en Israël, Alison Kelly, a été convoquée jeudi matin au ministère israélien des Affaires étrangères pour explications.

Côté palestinien, on se réjouit de cette démarche, jugée « historique » par Saëb Erekat, secrétaire général de l’OLP et principal négociateur palestinien. Il espère que ce vote « envoie un message clair à la communauté internationale et en particulier au reste de l’Union européenne : parler d’une solution à deux États n’est pas suffisant sans mesures concrètes ».

Actuellement, l’UE autorise simplement ses États membres à identifier les produits en provenance des colonies. L’un des arguments du gouvernement pour contrer ce texte était d’ailleurs que cette loi enfreindrait les règles communes européennes en instaurant une barrière commerciale à l’intérieur de l’union.

« C’est un premier pas, mais un pas important » à twetté juste Frances Black après le vote, ajoutant que « l’Irlande soutiendra toujours le droit humanitaire international, la justice et les droits de l’Homme ». Cette sénatrice à l’initiative du projet de loi compare même sa démarche aux efforts de l’Irlande pour s’opposer à l’apartheid en Afrique du Sud.

Rached Cherif

À lire aussi :

Palestine. La mairie de Dublin hisse le drapeau palestinien sur l’Hôtel de Ville

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

ON A TESTE

Articles les + lus


Agenda


24 HEURES AVEC

RECETTES

TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer