Les étudiants unis contre la précarité

 Les étudiants unis contre la précarité


Les étudiants veulent mettre la pression sur le gouvernement. Un grand rassemblement est prévu demain pour dénoncer la précarité des étudiants.


 


Insuffisant


Le 8 novembre, un étudiant, en proie à des difficultés financières, tentait de s’immoler devant le CROUS de Lyon. Geste dramatique ayant jeté un coup de projecteur sur la précarité des étudiants. Face à cet acte désespéré, ces derniers espéraient des dispositions fortes de la part du gouvernement. Mardi dernier (19 novembre), Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, faisait une annonce au micro de RTL : « Nous venons d’augmenter les bourses étudiantes. Il y a 5,7 milliards d’euros consacrés aux aides étudiantes. Un numéro d’appel sera mis en place à la fin de l’année pour mieux les renseigner ». Une annonce jugée insuffisante par les syndicats étudiants.


 


Précarité


Les syndicats étudiants sont dubitatifs quant à l’annonce faite par Frédérique Vidal annonçant que 5,7 milliards seront consacrés aux aides étudiantes. D’autant plus que, jusqu’ici, les actions du gouvernement n’allaient pas dans le sens d’une amélioration de la situation financière des étudiants. Diminution des APL, suppression de l’Aide à la Recherche au Premier Emploi (ARPE) ou création de la contribution Vie Étudiante et Campus (CVEC) en 2018, autant de décisions qui ont participé à alléger les poches des étudiants selon leurs syndicats.


 


Logements


Outre l’augmentation des bourses étudiantes, d’autres revendications sont portées par l’intersyndicale étudiante composée d’Alternative ESR, FAGE (Fédération des associations générales étudiantes), FSE (Fédération syndicale étudiante), Solidaires Étudiant-e-s et UNEF (Union Nationale des Étudiants de France). Parmi ces revendications, « l’augmentation du nombre de logements en cité universitaire ». Après le plan logements étudiant du précédent gouvernement (2013-2017) ayant conduit à la création de 40 000 places, le nouveau gouvernement annonçait, dans son projet de loi de finances 2018, un plan de construction de 60 000 logements dont « 20 000 places ont déjà été identifiées et pourront être livrées entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2020 ».


Afin d’obtenir de réelles garanties pour circonvenir à la précarité des étudiants, l’intersyndicale appelle à un grand rassemblement, demain (26 novembre), à Paris.

admin