Marseille : Le logement indigne, sujet au cœur des municipales

 Marseille : Le logement indigne, sujet au cœur des municipales

Rue d’Aubagne


60 mesures et 14 engagements contre le logement précaire. Voilà ce que proposent des associations marseillaises aux candidats au scrutin municipal.


Le logement précaire s’est peu à peu imposé au cœur de la campagne des élections municipales. C’était le combat de plusieurs associations marseillaises qui sont parvenues à imposer ce sujet parmi les priorités des candidats de la cité phocéenne.


Un an après le drame de la rue d’Aubagne, il y avait urgence à agir. Le 5 novembre 2018, deux immeubles de cette rue s'effondraient, causant ainsi la mort de huit personnes.



4 000 ménages évacués



Un plan contre l'habitat indigne, des mesures fortes pour les sans-abris, mais également pour les classes moyennes, des stages d’immersion pour les candidats aux municipales dans des logements indignes.


Voici quelques unes des mesures proposées par ces associations. Aujourd’hui, à Marseille, près de 4 000 ménages ont récemment été évacués de leurs logements dangereux.



LREM, LR et DVG



« Plus un seul immeuble insalubre à Marseille à la fin de la décennie », s'est engagé le candidat LREM, Yvon Berland. Chez LR, Martine Vassal vise « une résorption massive de l'habitat indigne dans les 10-15 prochaines années ».


Ou encore, Samia Ghali (DVG) veut transférer « une partie du patrimoine immobilier du quartier de Noailles à des organismes HLM afin de permettre une meilleure gestion et un entretien régulier du bâti ».

Chloe Juhel

Chloe Juhel