Fermeture du FC Lissois pour « soupçons de radicalisation »

 Fermeture du FC Lissois pour « soupçons de radicalisation »


Le club de foot de cette commune du 91 est fermé depuis juillet. La trésorerie ne serait pas le problème. La direction est accusée de prosélytisme par la ville.


Vestiaire transformé en bar à chichas, nourriture halal servie aux repas lors des tournois, tapis de prière dans le club house, des cartons de djellabas… Autant de signes qui ont conduit à la fermeture du club de foot de Lisses, en Essonne, l’été dernier.


Pour la municipalité de Lisses, près d’Evry, pas de doute : il s’agit bien d’un cas de « radicalisation ». Le club de foot a fermé ses portes l’été dernier, pour des raisons officielles de problèmes de comptabilité. Il n’en serait rien. Il s’agirait en fait de soupçons de radicalisation donc, selon le journal Le Parisien.



« On a fêté Noël »


L’association qui gérait le club de sport était surveillée de près par les autorités depuis 2018. Des contrôles et des inspections avaient d’ailleurs été réalisés à de multiples reprises.


De son côté, le directeur technique du club de foot se défend de toute radicalisation. Dans Le Parisien toujours, il se justifie : « je n'ai jamais parlé d'islam au foot, ni fait l'apologie du terrorisme, reprend Mickaël Romain. Je ne suis pas radicalisé. Chez moi j'ai de l'alcool pour mes invités. Et dans notre club de foot, on a fêté Noël ».


Légalement, la municipalité devra prouver ces soupçons de radicalisation. A ce jour, elle ne pointe qu’une « gestion administrative devenue floue ».

Chloe Juhel

Chloe Juhel