UE: Le Maroc est le “2ème plus grand portefeuille en matière de migration”

 UE: Le Maroc est le “2ème plus grand portefeuille en matière de migration”

Dans un contexte de crise entre le Maroc et l’Espagne, l’Union européenne, par la voix de sa commissaire européenne aux Affaires intérieures la suédoise Ylva Johansson, a déclaré que le Maroc demeure un partenaire régional essentiel et qu’il « représente le deuxième plus grand portefeuille de coopération en matière de migration de l’UE ». 

Les investissements de l’Union européenne mobilisés en faveur du Maroc pour consolider ses infrastructures migratoires et sécuritaires totalisent plus de 400 millions de dollars. Ylva Johansson a tenu à préciser que « l’engagement pour la gestion de la migration, la lutte contre l’immigration irrégulière et l’amélioration de la gestion des frontières ont été des thèmes centraux des débats bilatéraux tenus à tous les niveaux ces dernières années » entre l’UE et le Maroc. 

Il y a lieu de rappeler que l’Espagne a accusé le Royaume du Maroc d’avoir laissé des milliers de migrants clandestins rejoindre Sebta en réaction à l’infiltration, sous une fausse identité, du chef du Polisario, Brahim Ghali, pour des soins médicaux. De plus, l’Espagne a mis la pression nécessaire sur le Parlement européen pour donner une dimension européenne à la crise. 

>> Lire aussi : Espagne. Brahim Ghali se paye un ténor du barreau de Madrid

Aujourd’hui, la responsable européenne Johansson a déclaré que l’Union européenne est mobilisée afin de « contribuer à une solution durable » à la crise migratoire et à celle entre le Maroc et l’Espagne. Elle a ajouté que le Commission entretient un dialogue avec le Maroc sur tous les sujets, et notamment économiques, car le Maroc est de plus en plus un partenaire pour plusieurs opérateurs économiques de l’UE. Bruxelles fait jouer ses leviers pour maintenir les liens de coopération avec le Maroc et participer au façonnage d’une solution au conflit entre les deux pays que sépare le détroit. 

>> Lire aussi : Espagne/Maroc. L’heure de décoloniser les présides occupés

Malika El Kettani