Un plan de relance à 100 milliards d’euros

 Un plan de relance à 100 milliards d’euros

Le Premier ministre Jean Castex lors d’un déplacement à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 2 septembre 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)

Aujourd’hui, 3 septembre, Jean Castex révèle le plan France relance, composé de 70 mesures mises en œuvre pour soutenir l’économie.

 

C’est aujourd’hui, le 3 septembre, que Jean Castex annonce son plan de relance économique tant attendu. Le gouvernement mettra sur la table 100 milliards d’euros pour faire face à la crise sanitaire, désormais transformée en crise économique.

Jean Castex annoncera au total 70 mesures, toutes axées autour de la transition énergétique, de la relocalisation industrielle et de la cohésion sociale et territoriale.

100 milliards d’euros vont donc être débloqués entre 2021 et 2022. Pour mettre en œuvre ces mesures, des « sous-préfets à la transformation et la relance » seront nommés dans chaque région.

30 milliards d’euros alloués à la transition énergétique

D’abord pour soutenir la rénovation énergétique des bâtiments, puis celle des bâtiments publics et enfin les bâtiments privés. Sur les 11 milliards alloués aux transports, la SNCF devrait récupérer 4,7 milliards d’euros. Le plan prévoit 7 milliards pour la rénovation énergétique des bâtiments, les bâtiments publics (écoles, universités, etc.) et les ménages via la prime MaPrimeRénov’. On affectera 9 milliards à l’accompagnement des entreprises dans leur transition énergétique. Et 300 millions d’euros iront à l’accélération de la rénovation des réseaux d’eau, en particulier outre-mer.

35 milliards d’euros dédiés aux entreprises

L’idée est avant tout d’encourager les relocalisations industrielles dans plusieurs secteurs dont celui de la santé.

Le plan prévoit de baisser les impôts de production de 20 milliards d’euros (10 milliards en 2021 et dix autres en 2022).

Les 11 milliards d’euros iront aux aides à l’innovation de Bpifrance. Le plan accordera 3 milliards d’euros de soutien aux fonds propres des entreprises. Le gouvernement espère ainsi créer un effet de levier et mobiliser le secteur bancaire entre 10 et 15 milliards d’euros.

Le développement industriel sur les territoires bénéficiera d’un milliard d’euros. Le plan débloquera 385 millions d’euros pour la transition numérique des TPE et PME.

 

35 milliards consacrés à la cohésion sociale et territoriale

Le plan prévoit pour l’emploi des jeunes, 6,5 milliards d’euros, auxquels il faut rajouter 6,6 milliards pour le programme “bouclier anti-chômage”. On renforcera les moyens du dispositif FNE-Formation, en y injectant 1 milliard.

Pour le reste, 5,2 milliards d’euros soutiendront l’investissement des collectivités. Le plan prévoit de débloquer environ 6 milliards d’euros, dans le cadre du Ségur de la santé.

Les aides sociales, bénéficieront  d’une augmentation de 200 millions d’euros. Un peu plus de 5 milliards financeront la rénovation de ponts en danger sur les territoires, les équipements hospitaliers et l’accélération du déploiement de la fibre.

Chloé Juhel