Afrique. Oracle ouvre deux régions de cloud public au Maroc

 Afrique. Oracle ouvre deux régions de cloud public au Maroc

(Photo : JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

Deux régions Oracle cloud vont être lancées au Maroc après la signature, mercredi 29 mai à Marrakech, d’une convention de partenariat entre le ministère de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, le ministère de l’Investissement de la Convergence et de l’Évaluation des politiques publiques, l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) et le leader mondial des technologies de l’information “Oracle”.

 

Avec l’annonce de la mise en place de ces infrastructures d’envergure, dont la convention de partenariat a été paraphée, en marge de l’ouverture officielle de la 2è édition du Gitex Africa Morocco, Oracle deviendra le premier hyperscaler à établir des régions de cloud public en Afrique du Nord, soutenant ainsi, les initiatives numériques gouvernementales marocaines et stimulant l’innovation à travers le continent.

Ces nouvelles infrastructures, qui constituent une étape importante dans le développement numérique de la région, contribueront à accélérer la mise en œuvre des initiatives gouvernementales numériques du royaume, offrant des services cloud de haute performance et sécurité aux organisations à travers l’Afrique.

Les nouvelles régions de cloud public, prévues à Casablanca et Settat, illustrent l’engagement d’Oracle envers l’Afrique. Elles soutiendront la transformation numérique des entreprises, des startups, des universités et des investisseurs au Maroc et dans toute la région.

L’ouverture du cloud public d’Oracle au Maroc avec un hyperscaler comme Oracle, positionne le Maroc comme un acteur unique dans la région et permet un développement encore plus dynamique des compétences et des opportunités de croissance.

Selon le vice-président exécutif Cloud & Tech pour la région EMEA d’Oracle, Richard Smith, “en tant que l’une des plus grandes économies d’Afrique et bénéficiant de solides liens commerciaux et culturels avec l’Afrique de l’Ouest, le Maghreb et l’Europe, le Maroc offre des opportunités de croissance uniques aux entreprises qui souhaitent accélérer leur expansion en déployant les dernières technologies numériques”. “Les prochaines régions Oracle Cloud offriront de nouvelles solutions aux organisations et permettront ainsi de renforcer leur résilience et d’explorer de nouveaux marchés pour accélérer la croissance”, a-t-il dit.

 

>> A lire aussi : Afrique. Marrakech abrite l’Africa Cybersafe Symposium

Le Maroc un hub numérique régional

Avec les régions prévues au Maroc, les clients et partenaires bénéficieront d’un accès aux services cloud, leur permettant de tirer une meilleure valeur de leurs données. Ils pourront également tirer parti des capacités de redondance et de reprise après sinistre pour améliorer la continuité des activités et répondre aux réglementations et exigences du Maroc en matière de résidence des données. De plus, les capacités d’IA d’OCI offrent aux entreprises un contrôle accru sur l’endroit où elles localisent leurs données et leur infrastructure informatique, ainsi que sur la manière dont elles les gèrent.

Le ministère de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration et Oracle Group ont signé, en mai à San Francisco, un accord de partenariat pour lancer un centre de recherche et développement (R&D) au Maroc. Ce centre, qui créera 1 000 emplois à forte valeur ajoutée pour les ingénieurs et chercheurs marocains, contribuera au développement de solutions cloud et de technologies d’intelligence artificielle pour les clients d’Oracle à l’échelle mondiale. Oracle va ainsi étendre ses capacités de R&D au royaume en augmentant son effectif local à 1 000 professionnels de l’informatique.

Cet investissement vise à accélérer le développement des technologies de pointe d’Oracle, qui répondent aux défis des clients partout dans le monde. Ces collaborations renforcent la position du Maroc en tant que hub numérique régional.

Mohamed El Hamraoui