Beur FM : L’émission “L’Actu Autrement” déprogrammée

 Beur FM : L’émission “L’Actu Autrement” déprogrammée

L’émission “L’Actu Autrement” a été déprogrammé du vendredi après midi au samedi matin en ce début d’année. En cause selon les animateurs, Rose Ameziane et Malik Yettou : une sanction à la suite d’une rencontre à l’ambassade d’Israël en France. De son côté, la direction de Beur FM justifie son choix par le manque d’audience et le refus de faire cette émission en direct.

Rose Ameziane et Malik Yettou, animateurs de « L’Actu autrement » sur Beur FM, devaient présenter une émission sur l’accord de normalisation entre le Maroc et Israël avant qu’ils ne soient contraints de revenir sur leur projet. Contactés fin décembre par le porte-parole de l’ambassade israélienne, Simon Seroussi, ils pensent alors à une “spéciale” sur la normalisation entre le Maroc et Israël. L’animatrice affirme avoir été contacté, ainsi que Malik Yettou par le porte-parole de l’Ambassade d’Israël en France qui aurait aussi contacté la rédaction à travers le site. “Les animateurs sont libres de rencontrer qui ils veulent, souligne la directrice de Beur FM. Quand Rose m’en a parlé, je lui ai indiqué que ce n’était pas à des animateurs de faire une telle émission mais à des journalistes qui incarnent la radio. Nous avons eu une discussion totalement cordiale, sans aucune médisance.

Rose Ameziane, pour sa part, indique que “Djima Kettane lui a parlé du fait que cela ne faisait pas partie de la ligne éditoriale de Beur FM. La direction avait été contactée également mais elle refusait de répondre au porte-parole. Je trouvais ça important d’autant plus que ça parle à nos auditeurs franco-marocains notamment. Je n’ai pas eu de refus catégorique sur une telle émission et mes arguments semblant la convaincre, elle m’indique qu’elle y réfléchit. Elle ne ferme pas la porte.”

Un tweet qui met le feu aux poudres

Pour préparer l’émission, les deux animateurs rencontrent le 23 décembre 2020, l’Ambassadeur par intérim en France, D. Saada et le porte-parole de l’Ambassade d’Israël à Paris, Simon Seroussi. Dans un tweet, l’Ambassade se félicite d’un “échange agréable”. De leurs côtés, Malik Yettou parle “d’une rencontre enrichissante et instructive” et Rose Ameziane évoque “des échanges passionnants”. Des tweets qui sont longuement commentés à coups d’insultes sur les réseaux sociaux.

Aucune sanction n’est alors prise mais Beur FM voit rouge à cause du tweet de l’Ambassade israélienne à Paris. “Dans le tweet, Beur FM était inscrit, indique Djima Kettane. C’est notre radio. On ne peut pas se prévaloir de la représenter sans notre accord surtout que des journalistes préparaient une émission avec l’ambassade d’Israël en France.

Une émission au ton différent

Pour rappel, c’est en octobre 2020, que débute sur l’antenne de Beur FM, la fameuse émission “L’Actu Autrement”. Aux manettes, Rose Ameziane, présidente de l’association Mouvement Emancipation Territoires et chroniqueuse sur plusieurs télévisions d’informations (Grandes Gueules de RMC, CNews, LCI) et Malik Yettou, vice-président de son association et ancien conseiller municipal PS puis LR de Saint Maurice.”Nous voulions donner la parole à ceux que l’on n’entend pas toujours sur notre antenne ou ailleurs, explique la directrice de la radio, Djima Kettane. Rose Ameziane et Malik Yettou ne sont pas journalistes mais animateurs. On voulait un nouveau style de talk-show.” Une version que confirme Rose Ameziane. “La direction souhaitait que l’on ait un regard un peu différent. Nous avons même fait venir une journaliste de Valeurs Actuelles. Ça a fait grincer des dents mais la direction nous a toujours fait confiance, même si ça ne plaisait pas en interne à certaines personnes.

Un groupe Whatsapp pour les sujets et invités

La direction de Beur FM met alors en place un groupe WhatsApp pour connaitre les thèmes et les invités de “l’Actualité Autrement”. “Au départ, ils envoyaient leurs invités et sujets à la direction par messagerie, nous indique Djima Kettane. Toutefois depuis deux mois, ils ne le faisaient plus. On était au courant des sujets et invités le jour même.”

Rose Ameziane de son coté, parle de la difficulté à établir une liste “sûre” d’invités. « Vous pouvez caler des invités le lundi, qui changent le mercredi et encore, le jour de l’enregistrement. A la suite de quelques contrariétés, on a exigé de nous qu’on indique nos invités. Parfois, cela se faisait à l’oral. Nous avons alors demandé une liste d’invités que l’on ne pouvait pas faire venir et une ligne éditoriale claire. Ça n’a jamais été fait ! ”

Lire aussi : Le magazine Marianne accuse Beur Fm d’être les « complices de l’islamisme »

Questions autour d’une ingérence ou d’un antisémitisme par ricochet

L’animatrice se pose la question si la radio n’a pas cédé à des menaces ou à des intimidations. “On n’arrive pas à comprendre son positionnement. Il y avait des pressions de personnes dans la direction sur notre émission. On s’interroge alors sur la censure que l’on subit. Comme je le dis dans Marianne, je me pose la question suivante : Sommes-nous, nous-mêmes, victimes d’antisémitisme par ricochet ou d’une ingérence étrangère algérienne pour éviter de parler du Maroc ?

Djima Kettane, émue, ne comprend pas ce procès d’intention. “Nous avons fait des émissions en partenariat avec Radio Shalom. Des boudhistes, juifs, chrétiens, musulmans sont venus sur notre radio de la diversité, et ce depuis 35 ans. C’est dans notre ADN. On n’a jamais eu de problèmes avec qui que ce soit.

Alors qu’elle a fait l’objet de menaces suite à l’article de Marianne, la directrice n’entend pas céder au moindre chantage. “Je ne peux pas entendre que l’on serait dirigé par une minorité extrémiste. En 35 ans, nous n’avons jamais cédé à la moindre intimidation de qui que ce soit. On a toujours fait notre travail. Par ailleurs, le CSA nous aurait sanctionné si nous avions fait le moindre écart.

>>Lire aussi : Médias – Decathlon retire ses publicités sur CNews

Une émission diffusée le 15 Janvier

Djima Kettane nous affirme que l’émission n’a jamais été suspendue et qu’aucune sanction n’a été prise contre les animateurs. “L’Actu Autrement” consacrée à l’inceste sera d’ailleurs diffusée le 15 janvier sur l’antenne de Beur FM. L’émission est toutefois déprogrammée du vendredi après-midi au samedi matin. Elle regrette que ses animateurs aient “planté” un invité la semaine dernière (“une erreur de programmation” selon Rose Ameziane) et ne se soient pas présentés à la station cette semaine. “Je ne comprends pas sa confusion entre le tweet de l’ambassade et mon mail. Ça n’a rien à voir. Comme pour tout média qui se respecte, nous voulions que les animateurs nous transmettent les thèmes et les invités de leurs émissions. Un groupe Whatsapp avait même été mis en place.

Dans les échanges que nous avons pu consulter, la directrice parle du fait que “l’auditeur a sa place sur l’antenne. Le fait que l’émission  bouge n’est en rien lié à toi ou à Malik. Il faut que tu comprennes les enjeux liés à la crise qui fait que nos auditeurs ont un besoin d’échanger plus qu’en temps normal.

Déprogammation pour “manque d’audience” selon Beur FM

D’ailleurs pour justifier la déprogrammation de l’émission, la directrice de Beur FM pointe un manque d’audience et le refus de l’animatrice Rose Ameziane de faire du direct le vendredi pour raisons d’agenda. “Nous perdions 56 000 auditeurs sur ce créneau. Que voulez-vous que l’on fasse ? Nous sommes une radio de proximité et nous ne pouvons pas nous permettre une telle baisse d’audience. Rose Ameziane m’a donné son accord verbal et on a commencé à faire des bandes annonces.

C’est faux, nous affirme Rose Ameziane. Non, ni moi, ni Malik Yettou n’avons donné notre accord verbal pour une programmation le samedi. Nous n’avons pas refusé le direct. On n’était fermé à rien. J’aimerais comprendre pourquoi notre émission a totalement disparu du site internet et qu’après l’article de Marianne, il est réapparu. Pourquoi dans les messages que je lui ai envoyé, je m’étonne d’apprendre la nouvelle par Facebook ? Enfin, sur l’audience, on ne peut pas justifier que nous sommes responsables de la baisse d’audience, vu que les résultats d’audience sont hebdomadaires. Aucune étude n’a été demandée par Beur FM.

Une émission sur la normalisation début février sur Beur FM

Rose Ameziane dit qu’elle aurait préféré continuer son émission. “Beur FM fait partie de mon histoire et patrimoine. Je ne veux pas jeter l’anathème sur les animateurs ou les journalistes qui font leur travail dans cette radio mais je me pose des questions sur la ligne éditoriale de la direction.

Malgré les accusations, Djima Kettane dit ne pas regretter d’avoir donné des débats d’actualité à des animateurs plutôt qu’à des journalistes. “Si j’ai un reproche à me faire, c’est que j’aurais dû être plus vigilante. J’aime laisser une certaine liberté de ton sur notre antenne. Je considère que je n’ai pas de regret à avoir.”

Sur le sujet polémique de la normalisation entre le Maroc et Israël, pas de stress du coté de Beur FM.  Il y aura bien une émission sur la normalisation. “Le porte-parole de l’ambassade a eu à plusieurs reprises notre journaliste. L’émission devait avoir lieu et va avoir lieu début février sur l’antenne de Beur FM que ce soit polémique ou pas. Elle sera en direct. Elle est prévue et sera maintenue.

 

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).