Découverte d’une météorite exceptionnelle dans le sud-ouest de l’Algérie

 Découverte d’une météorite exceptionnelle dans le sud-ouest de l’Algérie

Dans la région d’Adrar, au sud-ouest de l’Algérie, une découverte exceptionnelle a été faite : une météorite âgée de 4.565 milliards d’années. Elle serait la plus ancienne roche spatiale jamais découverte, mais pas seulement. Elle serait plus vieille que la Terre. 

Baptisée Erg Chech 002, ou EC 002, la météorite a été datée de 4.565 milliards d’années environ par les chercheurs. Un âge qui ferait d’elle la plus ancienne météorite découverte sur Terre. Mais, fait étonnant, elle serait aussi plus vieille que la Terre, dont l’âge est de 4.543 milliards d’années.

Une présence d’au moins cent ans

C’est au mois de mai 2020 que ce bout de roche volcanique a été découvert dans le Sahara de l’Algérie. Trouvée par une équipe de chercheurs du Centre national de recherche scientifique français, ces derniers lui ont consacré une étude. Les scientifiques ont découvert 43 fragments de la météorite, dont les plus imposants sont “gros comme le poing”.

Selon les co-auteurs de l’étude, la protoplanète dont EC 002 serait issue mesurait une centaine de kilomètres et s’est formée dans le premier million d’années du système solaire. La météorite aurait voyagé pendant plus de 4,5 milliards d’années avant d’atterrir “grâce au hasard des orbites” dans le sud algérien. Elle y serait présente depuis “au moins une centaine d’années”.

Météorite issu d’un corps céleste

Ce qui intrigue surtout les chercheurs, c’est le fait que EC 002 soit issu d’un corps céleste. Elle se serait désagrégée d’une protoplanète, un grand corps rocheux qui n’a pas encore atteint le stade de planète. Cette dernière n’aurait pas survécu à la formation de planètes plus imposantes, telles que la Terre. Ainsi, EC 002 serait un morceau survivant de cette ancienne planète. La découverte de cette roche pourrait donc aider les chercheurs à comprendre comment les anciennes protoplanètes se sont formées.

>> Lire aussi : France. La météorite martienne Tissint passionne les chercheurs

Malika El Kettani