Morald Chibout, un bourreau de travail heureux

 Morald Chibout, un bourreau de travail heureux

Crédit photo : Cnova


Après France Télécom, EDF et Autolib, le voilà directeur général de CNova. Ce Franco-Algérien, reconnu dans le monde des entreprises, parvient à stimuler une France parfois figée. 


Chaleureux. C’est le premier qualificatif qui vient à l’esprit quand on le rencontre. Directeur général de CNova, filiale de Cdiscount et poids lourd du e-commerce du groupe Casino, Morald Chibout a bâti un solide parcours dans l’entreprise. Même si l’humilité lui fait dire que sa carrière est “simple”, son CV est impressionnant.


Il grandit au sein d’une fratrie de 14 frères et sœurs dans une ZUP de Châteauroux (Indre), ses parents ne maîtrisent pas le français. Le Franco-Algérien obtient un doctorat d’économie. Il se définit comme un “pur produit de l’ascension républicaine” : “Je ne fais que rendre ce que j’ai reçu”, estime-t-il.


Avant de prendre les manettes de Cnova, Morald Chibout avait déjà fait ses preuves. Et avec brio. France Télécom, Wanadoo ou EDF… partout où il est passé, les entreprises n’ont pas trépassé. Bien au contraire. Dernière réussite en date : Autolib. Nommé par Vincent Bolloré en 2011, il prend les rênes de la société de voitures électriques en libre-service. Un an après sa nomination, la société s’impose comme un acteur majeur dans son secteur avec près de 2 000 voitures à disposition dans 720 stations réparties entre Paris et des communes de la petite couronne. En 2016, année du départ de Morald Chibout, Autolib dispose de 4 000 véhicules dans 100 villes. En cinq ans, la société a gagné 320 000 abonnés.


 


Une bienveillance reconnue


Souvent décrit comme le premier directeur général issu de la diversité, Morald Chibout est avant tout un bosseur acharné. “Je travaille au moins douze heures par jour”, explique-t-il. Il enchaîne les déplacements en avion – “Une dizaine par mois.” D’ailleurs, il revient juste du Brésil. S’il est un personnage d’influence, l’homme veille à se rendre toujours disponible. Il cherche à ­donner du sens à son “pouvoir”. Chez les Franco-­Maghrébins, sa bienveillance est connue. “Souvent, on me dit que je suis très respecté dans la communauté.”


 


Un important réseau


Il veille à diffuser auprès des plus jeunes la bonne ­parole, celle de la confiance en soi et de l’entraide. Ils le lui rendent bien. “Quand je vais sur le terrain, ils sont toujours très enthousiastes.” Dernièrement, son ami ­Jamel Debbouze lui confiait : “Au niveau de l’entreprise, tu es très respecté. Tu es le plus connu de tous.” Ce constat l’enchante. Non par ego mais parce qu’il montre la portée de son engagement : “Oui, j’ai connu des résistances dans mon parcours, j’ai été confronté au racisme.” Mais “plutôt que de pleurer sur (son) sort”, l’homme donne des conseils et ouvre son carnet d’adresses. Doté d’un important réseau, qu’il a constitué au fil de son parcours, Morald Chibout met sa crédibilité professionnelle au service des générations à venir.


Avec une condition : être prêt à travailler ardemment. Il ne le sait que trop bien. Rien ne résiste au travail. Et le respect suit toujours.

admin