Bientôt une allocation universelle d’autonomie pour les jeunes ?

 Bientôt une allocation universelle d’autonomie pour les jeunes ?

La ministre française du Travail Elisabeth Borne. Ludovic MARIN / AFP

Les moins de 25 ans sans études, ni travail pourront toucher une allocation universelle d’autonomie. L’idée semble faire son chemin dans les couloirs de l’Elysée.

 

Emmanuel Macron prépare l’annonce d’une allocation universelle d’autonomie pour les jeunes. Son montant : 500 euros par mois. Cette aide serait destinée aux 16 à 25 ans « ni en emploi, ni en études, ni en formation ».

L’annonce avait été faite le 8 janvier dernier par la ministre du Travail Elisabeth Borne. Cette idée a, depuis, fait son chemin. Elle bénéficierait du soutien du président de la République et devrait être annoncée avant l’été.

>> Lire aussi : “Le PIC a très largement atteint ses objectifs” à mi-parcours

Aide soumise à condition

Réclamée depuis longtemps par les associations et syndicats jeunes, elle devrait être nommée « Garantie jeune universelle » et sera conditionnée à un accompagnement intensif pour trouver un emploi, sans quoi l’allocation de 497 euros par mois ne pourra pas être perçue.

Et c’est là toute la différence avec le RSA, qui, lui, n’est pas soumis à une condition d’accompagnement. Si la ou le jeune de moins de 25 ans refuse cet accompagnement intensif pour trouver un emploi ou une formation, elle ou il ne pourra pas toucher cette aide financière.

>> Lire aussi : Chèque alimentaire : priorité aux 18-25 ans

Après l’aide sociale à l’enfance

Par ailleurs, cette garantie jeune universelle pourrait permettre de proposer une solution rapide aux jeunes qui ont bénéficié de l’aide sociale à l’enfance. Une fois cette dernière révolue, à 18 ou 21 ans, ils se retrouvent souvent du jour au lendemain sans ressources.

>> Lire aussi : Emmanuel Macron compte réactiver l’ascenseur social

Application inégale sur le territoire

Jusqu’à présent, il existait une garantie jeunes mise en place en 2013 et mise en œuvre par les missions locales. Elle donne à ses bénéficiaires un accès facilité à des formations professionnelles.

Ce dispositif est censé être appliqué à travers tout le territoire, en réalité, il n’en est rien. La garantie universelle jeune voulue par Emmanuel Macron entend donc remédier à cette carence.

 

Chloé Juhel