Farida Chikh raconte son interpellation dans les rues de Paris

 Farida Chikh raconte son interpellation dans les rues de Paris

Farida Chikh raconte une profession à la peine

Deux mois de prison avec sursis ont été requis contre l’infirmière Farida Chikh dont l’arrestation avait soulevé un tollé. C’était lors du rassemblement du personnel soignant en juin dernier à Paris.

L’infirmière cadre de 51 ans, qui travaille depuis une vingtaine d’années dans l’hôpital public en France, est passée devant le juge lundi 22 février. Deux mois de prison avec sursis ont été requis contre elle. La vidéo de son arrestation avait fait le tour des réseaux sociaux. C’était le 16 juin 2020, dans les rues de Paris.

J’étais très en colère, se souvient-elle, dans une interview accordée au « Média ». J’ai jeté deux cailloux et fait deux doigts d’honneur. Suite à cela, Farida raconte qu’elle allait partir, mais la police l’a rattrapée et l’a interpellée brutalement. Elle a eu deux côtes cassées. Son état avait nécessité 13 jours d’arrêt de travail.

>> Lire aussi :Déçus, les personnels de santé interpellent le gouvernement

Pour l’infirmière qui parle au nom d’une profession à la peine, “les doigts d’honneur expriment le ras-le-bol de ce qu’on vit à l’hôpital”. Ils étaient dirigés contre les réformes, contre les décisions du gouvernement qui ne répondent pas aux revendications des soignants. Une augmentation de moins de 200 euros, c’est trop peu, a-t-elle encore critiqué.

Les infirmiers font des heures supplémentaires pour atteindre les 2000 euros à peine

Suite à son geste pris pour de la provocation, Farida Chikh est trainée par terre et tirée par les cheveux par les policiers, « ils se sont mis à quatre pour me menotter ». L’interpellation de « l’infirmière en blouse blanche » avait choqué alors par sa brutalité, lors du rassemblement du personnel soignant, sorti exprimer sa colère contre la détérioration des conditions de travail dans l’hôpital public, dans toute la France.

Des conditions aggravées par la pandémie du Coronavirus. La manifestation ayant eu lieu à l’issue de la première vague de la pandémie. “Les soignants étaient fatigués. L’hôpital est devenu un lieu de souffrance autant pour les malades que pour ceux qui y travaillent,” dénonce-t-elle.

Les gens désertent les hôpitaux publics, analyse-t-elle encore, parce que le travail y est éprouvant émotionnellement et physiquement et les salaires sont très bas. « Si on veut embaucher du personnel, il faut augmenter les salaires. Les infirmiers perçoivent 1600 euros comme salaire de base. Ils font les heures supplémentaires pour atteindre les 2000 euros mensuels à peine !»

Deux mois de prison avec sursis ont été requis contre Farida Chikh. Elle est accusée de « rébellion », d’« outrage » et de « violences » contre des policiers.

Mishka Gharbi