Fermeture des frontières : Des MRE toujours dans la tourmente

 Fermeture des frontières : Des MRE toujours dans la tourmente

Le retour des MRE au Maroc reste lié à l’évolution de la situation épidémiologique dans le Royaume, mais aussi dans leurs pays de résidence et de transit. AFP

La situation des MRE a été particulièrement difficile à gérer durant cette pandémie. Il y a d’un côté ceux qui sont restés bloqués au Maroc et de l’autre, ceux qui sont aujourd’hui dans l’impossibilité de revenir au pays. Un vrai casse-tête dont la gestion n’est pas toujours facile.

 

Le ministère chargé des MRE continue d’assurer ses services auprès des MRE bloqués en raison de la fermeture des frontières. Il veille à ce que le plus grand nombre d’entre eux soient inclus dans les voyages spéciaux organisés par les pays étrangers à travers leurs ambassades et consulats. Et ce, sous la supervision des autorités marocaines.

 

2 voyages, la semaine prochaine

Le peu de MRE qui n’ont pas pu quitter le Royaume pourront le faire bientôt à travers les voyages aussi bien aériens que maritimes. Les ambassades et consulats étrangers ont initié ces déplacements. Tandis que la partie marocaine a veillé à l’accélération de leur fréquence.

Bonne nouvelle, les prochains voyages maritimes sont prévus les 13 et 20 juillet. Ils devront permettre le retour de près de 1 800 citoyens marocains dans leurs pays de résidence.

Concernant le rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger, jusqu’au 1er juillet, 10 744 citoyens sont rentrés dans le pays à bord de plus de 74 vols. L’opération de rapatriement a tardé à être lancée sans que l’on sache véritablement les raisons. Mais depuis la mi-mai, l’opération a été accélérée.

 

Aucune visibilité

En ce qui concerne le retour cette année des MRE dans le pays, l’opération reste liée à un ensemble de facteurs et considérations. Principalement l’évolution de la situation épidémiologique dans le Royaume, mais aussi dans leurs pays de résidence et de transit.

L’organisation de cette opération dépend également de l’ouverture des frontières maritimes, terrestres et aériennes. Du Royaume et des pays impliqués dans l’opération, notamment européens. Elle dépend également des mesures prises par les pays de transit et leur volonté de coopérer dans l’organisation de cette opération pour qu’elle se déroule dans de bonnes conditions.

Un ensemble de facteurs qui fait qu’au jour d’aujourd’hui, il n’y a encore aucune visibilité sur le dénouement de cette situation.

>> Lire aussi :

Opération Marhaba : quelle sera la position de l’exécutif quant aux MRE ?

Bloqué(e)s : #2 Les MRE “oubliés de tous” au Maroc

 

 

Ahlam Jebbar

Ahlam Jebbar