Hausse des droits de douane au Maroc sur certains produits importés 

 Hausse des droits de douane au Maroc sur certains produits importés 

DR.

Une disposition importante dans le Projet de Loi de finances rectificative (PJLFR) est quelque peu passée inaperçue. Pourtant, elle est une réelle opportunité pour les  jeunes marocains et investisseurs qui souhaitent entreprendre au Maroc. Il s’agit de la hausse des droits de douane à hauteur de 30% à 40%, qui touche pas moins de 125 produits, et qui correspond à une base taxable de plus de 54 milliards de dirhams. 

En parcourant la note de présentation du PLFR, validée par le Conseil des Ministres, il est clairement mentionné que cette disposition de relèvement des droits d’importation a pour objectif de « renforcer la protection de la production nationale pour accompagner les efforts entrepris en matière d’appui aux entreprises marocaines en difficulté ». Elle vise aussi la substitution des importations qui génèrent des sorties de devises par la production locale. Cette stratégie soulagera la pression sur les réserves de change du Maroc. La hausse des droits de douane, qui est en discussion à l’heure actuelle au Parlement, ne concerne pas les produits rentrant dans le cadre d’accords de libre-échange conclus entre le Maroc et un certain nombre de pays comme ceux de l’Union Européenne. 

>> Lire aussi : Le Roi Mohammed VI préside un Conseil sur la Loi de finances rectificative

Une banque de projet pour les entrepreneurs marocains

Si les deux Chambres composant le Parlement marocain votent en faveur de cette mesure, elle ira dans le sens de la stratégie du Ministre de l’Industrie et du Commerce Moulay Hafid Elalamy qui déclarait le 06 juillet 2020 devant les parlementaires que « le Maroc importe 43 milliards de dirhams de marchandises qui peuvent être fabriquées localement en l’espace de quelques années ». Et pour conforter ses propos, il annonce que son département travaille sur une banque de projets qui sera mise à la disposition des jeunes marocains et des investisseurs qui souhaitent entreprendre. Ainsi, il a confirmé devant les parlementaires que « des produits importés pour une valeur globale de 22 milliard de dirhams peuvent être fabriqués localement et que les services de son Ministère ont élaboré des business plan à l’attention des entrepreneurs marocains ». 

>> Voir aussi : Moulay Hafid Elalamy : “Le Maroc est un partenaire fiable pour sa population et nos pays amis”

Liste des 125 produits concernés

La liste des 125 produits proposés pour une hausse des droits de douane à l’importation de 30% à 40% sont les suivants : 

  • Produits alimentaires : Café, Cacao, épices, jus de fruits et de légumes, pastèques et melon, eaux minérales et boissons non alcooliques, Huile de tournesol brute ou raffinée, Autres huiles végétales brutes ou raffinées, Conserves de fruits et confitures, préparations à base de sucre, sucre brut ou raffiné , Pâtisseries et préparations à base de céréales, Fruits frais ou secs, congelés ou en saumure ;
  • Articles de textile et cuir : Vêtements confectionnés et articles de bonneterie, Chaussures, Couvertures, linge et autres articles textiles confectionnés, Tissus spéciaux, velours, dentelles et broderies, Tissus imprégnés ou enduits de matières diverses (consommation), Parties de chaussures , Sacs, malles et ouvrages divers en cuir ;
  • Articles domestiques : Réfrigérateurs, lave-vaisselle et autres articles domestiques, Vaisselle et objets céramiques divers, quincaillerie de ménage et articles d’économie domestique, Cuisinières et appareils de chauffage ;
  • Des matériaux : Fils, câbles et autres conducteurs isolés pour l’électricité, Accessoires de tuyauterie et construction métallique, Peintures, vernis et mastics, Tubes et tuyaux en cuivre, Caoutchouc et ouvrages en caoutchouc, Marbres; granit; gypse et autres pierres, Lièges et ouvrages divers en liège, Fils, barres et profilés en cuivre, Ouvrages en pierres, plâtre, ciment, ou en matières similaires, Produits céramiques ;
  • Des équipements industriels : Moteurs à pistons; autres moteurs et leurs parties, Balais, brosses et autres articles similaires , Appareils pour la production du froid à usage industriel, Articles de robinetterie et organes similaires, Ouvrages divers en bois en sparterie ou en vannerie ;
  • Produits sanitaires : Médicaments et autres produits pharmaceutiques, Meubles; mobilier médico-chirurgical; articles de literie et appareils d’éclairage, Instruments et appareils médico-chirurgicaux…
  • Autres produits : Tabacs, Sièges, meubles, matelas et articles d’éclairage, Voitures utilitaires, Bandages et pneumatiques, Parties et pièces pour voitures et véhicules de tourisme, Ouvrages divers en verre, Ouvrages divers en fer ou en acier, Articles divers en caoutchouc, Articles d’écriture et de bureau, Papiers et cartons; ouvrages divers en papiers et cartons ; Papiers finis et ouvrages en papier, Tapis et revêtements de sol, Livres et imprimés divers, Peignes à coiffer, épingles à cheveux et autres articles similaires pour la coiffure, Encre d’imprimerie ou d’écriture (demi-produits), Jouets, jeux et articles de divertissement ou de sport…

Pour la diaspora qui dispose d’une réelle qualification dans un certain nombre de domaines d’activité, cette future banque de projets peut présenter une véritable opportunité d’investissement dans son pays d’origine. 

>> Lire aussi : Loi de finances rectificative : des mesures pour le secteur économique

Malika El Kettani