La réponse d’Emmanuel Macron aux gilets jaunes

 La réponse d’Emmanuel Macron aux gilets jaunes

Des gilets jaunes


Revalorisation du Smic mais aucun recul sur l’ISF. Le chef de l’Etat est intervenu ce soir, lors d’une allocution télévisée d’une dizaine de minutes.


C’était une des revendications principales de la mobilisation des gilets jaunes : la hausse du pouvoir d’achat.


Emmanuel Macron a annoncé ce soir que « le salaire d'un travailleur au smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019 ».


Une prime salariale « exceptionnelle » défiscalisée pourra être également attribuée aux salariés à la fin de cette année, selon le bon vouloir des employeurs.


Deux annonces censées parer à « un état d'urgence économique et social » dans le pays, selon les mots du chef de l’Etat.



Effort qui n’était pas juste



Le point sur lequel le Président de la République a certainement le plus reculé sera l’exonération de la hausse de la CSG pour les retraités les plus modestes, c’est-à-dire ceux qui gagnent désormais moins de 2 000 euros.


« L'effort qui a été demandé aux retraités était trop important, et il n'était pas juste », a concédé le chef de l'Etat. Dernière mesure annoncée par Emmanuel Macron : les heures supplémentaires défiscalisées. Elles seront versées, sans impôts ni charges, dès 2019.



Et le financement ?



Le chef de l’Etat ne bougera en revanche pas d’un iota sur la suppression de l’ISF, pourtant majeure revendication des gilets jaunes. « Ce serait revenir en arrière et cela nous affaiblirait », a détaillé Emmanuel Macron même s'il a rappelé sa volonté de lutter contre l'évasion fiscale et de mieux maîtriser les dépenses publiques. 


Pas un mot sur le financement de toutes ces mesures fiscales et sociales, et déjà, de nombreux gilets jaunes annonçaient ne pas avoir l’intention de cesser leur mobilisation sur le terrain.

 

Chloe Juhel

Chloe Juhel