Rentrée scolaire : les enseignants sont dans le flou

 Rentrée scolaire : les enseignants sont dans le flou

Jean-Michel Blanquer annonce l’obligation de port du masque pour l’ensemble des adultes et des élèves de plus de 11 ans dès la rentrée scolaire

Cette rentrée scolaire se fera-t-elle dans les meilleures conditions sanitaires et pédagogiques ? Les syndicats enseignants dénoncent un manque de préparation.

 

Flou

« L’éducation n’est pas une variable d’ajustement. L’éducation est plus importante que jamais ». C’est en tout cas ce qu’assurait Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, jeudi dernier (20 août), au JT de France 2. Une affirmation avec laquelle le syndicat des instituteurs et professeurs des écoles (SNUipp-FSU) est bien d’accord. Si ce dernier partage l’objectif d’accueillir tous les élèves à la rentrée, il dénonce « les insuffisances, carences et flou persistant du protocole sanitaire » à une semaine de l’échéance.  Le protocole sanitaire  aura également une influence sur les conditions pédagogiques. Un problème auquel le gouvernement n’a pas vraiment répondu selon le syndicat.

 

Masques

Dans le protocole initial, dévoilé en juillet dernier, le masque n’était pas indispensable si la distance d’un mètre était respectée. Mais, le ministère de l’Éducation a changé d’avis. Jeudi dernier, Jean-Michel Blanquer annonçait l’obligation de port du masque pour l’ensemble des adultes et des élèves de plus de 11 ans. Les masques seront fournis aux professeurs, mais ils sont bel et bien « à la charge des parents pour les élèves », dénonce le SNUipp-FSU. Un coût supplémentaire pour les familles qui verront l’allocation rentrée simplement revalorisée de 100 euros, pour couvrir ces frais selon le ministère. Certaines régions, comme les Hauts de France et l’Occitanie, ont annoncé la fourniture de masques lavables aux lycéens.

Les masques sont également « fortement recommandés » dans les universités, avait déjà annoncé le ministère de l’Enseignement supérieur début août. Certains établissements, tels que l’université de Strasbourg, on même décidé de le rendre obligatoire.

 

Rentrée ordinaire ?

« Rien n’a évolué sur le reste du protocole, confirmant ainsi la volonté de faire de cette rentrée une rentrée ordinaire » s’indigne le syndicat d’enseignants. Celui-ci anticipe d’éventuelles contaminations entre élèves et, le cas échéant, des fermetures d’écoles et d’établissements. Une des solutions pourrait être le non-brassage des groupes d’élèves permettant « l’isolement du groupe dès suspicion de contagion » pour éviter la fermeture. Le SNUipp-FSU demande des conditions sanitaires et pédagogiques adaptées pour cette rentrée scolaire hors norme. Mais surtout des conditions homogènes sur tout le territoire, « cadrées nationalement afin de garantir une égalité pour tous ».

Demain (26 août), Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, donnera sa conférence de presse de rentrée. Nul doute que les syndicats enseignants seront à l’écoute en espérant avoir des indications claires sur cette rentrée dans un contexte de hausse des contaminations.

Charly Célinain