Rentrée sous tension dans un collège d’Argenteuil

 Rentrée sous tension dans un collège d’Argenteuil

© AFP


Au collège Jean-Jacques Rousseau (Argenteuil), l’année scolaire a commencé par des jours de grève pour obtenir un poste de plus. Une situation qui peut durer.


Lésés


 « On a vraiment l'impression de se faire léser. A Argenteuil, aucun collège ne fonctionne avec autant d'élèves et une seule CPE » confie Marie Kerouedan, professeure au collège Jean-Jacques Rousseau. Avec seulement un conseiller principal d’éducation (CPE) pour 617 élèves, l’enseignante pointe le fait que le conseiller responsable de la vie scolaire sera forcément débordé. L’année passée avec un CPE assisté d’un stagiaire, la mission était déjà délicate.


Flux tendu


C’est en juin dernier que les enseignants du collège apprennent qu’une classe supplémentaire verra le jour à la rentrée 2018, soit environ 50 élèves de plus. L’an passé, pour gérer 575 élèves, il y avait un CPE à 80 %, ainsi qu’un stagiaire. Juste avant les vacances, il a été acté que le stagiaire n’était pas reconduit et que le nombre d’élèves passerait à 617. « On fonctionne déjà à flux tendu, notamment au niveau du personnel » explique la professeure. Outre le problème du personnel, la question de la sécurité est soulevée puisque le Conseil départemental a évalué le nombre maximum d'élèves était de 550/600 pour notre établissement. Ces problèmes ont été soumis à l’inspection académique lors d’un rendez-vous le 6 juillet dernier, sans qu’aucune solution ne soit apportée.


Grève


Déterminés à ne pas vivre une année en sous-effectif avec les problèmes de vie scolaire que cela peut engendrer, les professeurs étaient en grève la semaine de la rentrée. Ces derniers espéraient beaucoup du rendez-vous obtenu avec l’inspection académique jeudi dernier (6 septembre), malheureusement la situation n’a pas été débloquée : « On nous a resservit le même discours (…) Le problème c’est que dans notre collège, le poste de deuxième CPE n'est pas créé » selon Marie de Kerouedan. C’est pour demander la création de poste que les professeurs accompagnés de parents d’élèves se rendront aujourd’hui au rectorat.


Agacement


Vendredi dernier (7 septembre), les professeurs du collège Jean-Jacques Rousseau ont obtenu, au forceps, un rendez-vous au ministère de l’Education nationale. Visiblement pas au courant de la situation, ces derniers ont assuré vouloir régler le problème. En attendant, si le rendez-vous d’aujourd’hui au rectorat s’avère non concluant, il est fort possible qu’un blocage du collège, par les parents d’élèves et les enseignants, reprenne dès demain : « Ça commence à monter en pression. Tout le monde est agacé par cette situation ».


Ce n’est donc pas la rentrée la plus sereine pour les élèves. Mais le cas du collège Jean-Jacques Rousseau n’est pas isolé puisque plusieurs établissements de l’académie de Versailles ont également déjà fait grève.

Charly Celinain

Charly Celinain