Kabylie. Une marche blanche en hommage à Rahima et Manel “victimes d’un complot satanique”

 Kabylie. Une marche blanche en hommage à Rahima et Manel “victimes d’un complot satanique”

Appel à une marche blanche, vendredi 2 avril 2021, en hommage à Rahima et Manel, sauvagement assassinées le 9 mars 2021, dans le village kabyle d’Ichekaben, à proximité de Bejaia.

Le 9 mars dernier, dans le village kabyle d’Ichekaben, à proximité de Bejaia, Manel, 5 ans, et sa maman Rahima, 44 ans, ont été sauvagement assassinées. « Toutes deux seraient mortes de nombreux coups reçus et de strangulation, victimes d’un complot satanique dans leur propre domicile », évoque le communiqué rendu public par le collectif de soutien aux victimes du drame. Selon lui, il s’agirait d’une histoire d’exorcisme orchestrée par des membres de la famille des victimes.

« Nous connaissons le principal présumé auteur de ce féminicide et infanticide, qui n’est nul autre que le frère de Rahima », affirme les membres du collectif qui appelle ce vendredi 2 avril à une marche blanche en hommage à Rahima et Manel. Une marche silencieuse qui partira à 10h30 du domicile de la famille jusqu’au cimetière où elles ont été enterrées.

Retour sur cet horrible drame avec Nassima Chillaoui, cousine des victimes et membre du collectif.

LCDL : Vous appelez à une marche blanche ce vendredi…

Nassima Chillaoui : Nous aurions aimé faire ce rassemblement avant, mais en Algérie, tout est toujours plus long. Après cet effroyable drame, Ichekaben a été plongée dans l’horreur, sa population dans une douleur et une incompréhension totale. Organiser un tel rassemblement demande un peu plus de temps parce que ce n’est pas dans la culture des habitants de ce village. Il a fallu faire comprendre l’intérêt et le sens d’un tel rassemblement. Notre intérêt premier, c’est que cela ne se reproduise plus jamais. Pour cela, nous profiterons de cette marche pour commencer notre campagne de sensibilisation. Nous invitons les gens à prendre part massivement à cet évènement inédit dans notre région.

Pour vous, ce double féminicide serait un complot satanique…

Effectivement. Rahima et Manel sont mortes suite aux nombreux coups reçus et après avoir été étranglées. Le principal présumé auteur de ce effroyable massacre serait le frère de Rahima. Ce serait lui qui aurait porté les interminables coups à sa sœur puis s’en serait pris à sa nièce Manel en l’étranglant et ce, en présence des parents et sœur de la victime. Nous avons appris également qu’ils auraient prémédité leur acte en se rendant quelques heures avant la tragédie au domicile de Rahima pour préparer le rituel satanique.

D’après de nombreux témoignages, ils visaient à entrer en contact avec des forces occultes, c’est ce qui les aurait motivés à « sacrifier » Manel.

Vous dites aussi qu’en Algérie, il y a déjà eu d’autres cas de rituel satanique qui aurait eu des conséquences dramatiques…

Bien sûr, il ne s’agit pas ici d’un cas isolé. C’est juste qu’on n’en parle pas où très rarement. Il y a eu par le passé d’autres rituels sataniques qui ont emmené à d’effroyables drames. Il est temps que ces sectes qui sont à l’origine de ces rituels soient sanctionnées, il faut les interdire. Elles ont pignon sur rue. Quelques-un(es) de leurs représentant(e)s exercent dans des cabinets de manière très légale, reçoivent sur rendez-vous, profitent de la faiblesse des gens pour leur extorquer de l’argent. Certains donnent leur salaire d’un mois en une heure. Nous refusons que de telles pratiques puissent avoir lieu dans nos villages et à notre insu.

Que demandez-vous aujourd’hui ?

Nous nous sommes portés partie civile dans ce dossier et nous souhaitons que la justice fasse son travail. Nous espérons une sentence exemplaire pour ce double assassinat infâme et nous demandons l’éradication de ces réseaux aux dérives sectaires. Nous demandons à l’Etat de prendre ses responsabilités et d’agir au plus vite. Nous trouvons inadmissible que seul le frère de Rahima ait été placé en détention. Les autres, la belle-sœur et les beaux-parents, trois individus très dangereux, ont été remis en liberté. Les villageois, les enfants qui étaient dans la classe de Manel ont peur. Avec les enseignants du village, ils ont besoin d’une cellule psychologique.

 

>> Lire aussi : 

Marche blanche ce lundi pour Korotoume, assassinée par son mari

Une marche blanche en mémoire de Mariama K.

 

Nadir Dendoune