Vaccins : combat souterrain entre les gouvernements et les laboratoires

 Vaccins : combat souterrain entre les gouvernements et les laboratoires

La France ouvrira en juin la vaccination pour tous les adultes

Un combat souterrain est engagé entre les gouvernements d’un certain nombre de pays et les laboratoires pharmaceutiques produisant des vaccins anti-Covid-19. Les bruits parlent même d’une surenchère sur les prix de ces vaccins pour prioriser les livraisons. Ceci met à rude épreuve les principes d’équité et d’éthique à l’échelle mondiale. Les populations des pays pauvres ou à revenus intermédiaires seront reléguées au second plan. 

L’Union européenne a déjà réagi à plusieurs reprises auprès des deux laboratoires Pfizer-BioNTech et AstraZeneca pour qu’ils honorent le programme de livraison convenu d’un commun accord. Ursula von der Leyen a appelé les PDG de ces laboratoires pour exprimer les attentes pressantes des Etats-membres de l’UE. 

Stella Kyriakides, commissaire à la Santé, a déclaré que « les réponses d’AstraZeneca n’ont pas été satisfaisantes à ce stade ». Un doute s’installe autour d’un éventuel détournement de lots de vaccins au profit du Royaume-Uni au détriment de l’UE. Il est prévu que le top management d’AstraZeneca soit entendu ce mercredi par la Commission. 

Le Royaume-Uni a déjà vacciné 10% de sa population à ce jour, contre seulement 0.8% à 3% pour les pays de l’UE. Cette situation met énormément de pression sur les décideurs politiques européens. La Commission s’est engagée à vacciner 64 millions de personnes d’ici fin mars (soit 80% du corps médical et les personnes de plus de 80 ans), et 315 millions de personnes d’ici fin août. 

L’Italie s’est déjà distinguée en menaçant Pfizer d’une procédure judiciaire à son encontre. Il faut s’attendre à une avalanche de réactions similaires dans les semaines à venir. Il faut espérer que d’autres laboratoires annoncent leurs vaccins pour diversifier et densifier l’offre. Car l’objectif ultime pour retrouver un fonctionnement normal du monde est l’immunité collective planétaire et non nationale. 

>> Lire aussi : Lancement de la campagne de vaccination en Europe

>> Voir aussi : M.Benahmed (INSERM) : « Nous avons la collision de deux épidémies »

Malika El Kettani