Vaccins : combat souterrain entre les gouvernements et les laboratoires

 Vaccins : combat souterrain entre les gouvernements et les laboratoires

Un combat souterrain est engagé entre les gouvernements d’un certain nombre de pays et les laboratoires pharmaceutiques produisant des vaccins anti-Covid-19. Les bruits parlent même d’une surenchère sur les prix de ces vaccins pour prioriser les livraisons. Ceci met à rude épreuve les principes d’équité et d’éthique à l’échelle mondiale. Les populations des pays pauvres ou à revenus intermédiaires seront reléguées au second plan. 

L’Union européenne a déjà réagi à plusieurs reprises auprès des deux laboratoires Pfizer-BioNTech et AstraZeneca pour qu’ils honorent le programme de livraison convenu d’un commun accord. Ursula von der Leyen a appelé les PDG de ces laboratoires pour exprimer les attentes pressantes des Etats-membres de l’UE. 

Stella Kyriakides, commissaire à la Santé, a déclaré que « les réponses d’AstraZeneca n’ont pas été satisfaisantes à ce stade ». Un doute s’installe autour d’un éventuel détournement de lots de vaccins au profit du Royaume-Uni au détriment de l’UE. Il est prévu que le top management d’AstraZeneca soit entendu ce mercredi par la Commission. 

Le Royaume-Uni a déjà vacciné 10% de sa population à ce jour, contre seulement 0.8% à 3% pour les pays de l’UE. Cette situation met énormément de pression sur les décideurs politiques européens. La Commission s’est engagée à vacciner 64 millions de personnes d’ici fin mars (soit 80% du corps médical et les personnes de plus de 80 ans), et 315 millions de personnes d’ici fin août. 

L’Italie s’est déjà distinguée en menaçant Pfizer d’une procédure judiciaire à son encontre. Il faut s’attendre à une avalanche de réactions similaires dans les semaines à venir. Il faut espérer que d’autres laboratoires annoncent leurs vaccins pour diversifier et densifier l’offre. Car l’objectif ultime pour retrouver un fonctionnement normal du monde est l’immunité collective planétaire et non nationale. 

>> Lire aussi : Lancement de la campagne de vaccination en Europe

>> Voir aussi : M.Benahmed (INSERM) : « Nous avons la collision de deux épidémies »

Malika El Kettani