Algérie. Hospitalisée à Paris, Kenza Kacel est décédée sans avoir pu serrer dans ses bras sa famille

 Algérie. Hospitalisée à Paris, Kenza Kacel est décédée sans avoir pu serrer dans ses bras sa famille

Illustration – AMELIE BENOIST / IMAGE POINT FR / BSIP via AFP

Kenza Kacel avait un souhait avant de partir : terminer sa vie aux côtés des siens. Ce jeudi 18 novembre, cette Algérienne de 24 ans, en phase terminale, hospitalisée à Paris est décédée sans avoir pu serrer dans ses bras une dernière fois son père et son frère, à qui la France avait interdit des visas (voir nos éditions). Seule sa mère avait pu venir en France avec un statut d’accompagnatrice.

 

Kenza s’est éteinte paisiblement ce matin, a-t-on appris par des proches de la famille.

Kenza Kacel, originaire du village d’Aït Salah dans la région d’Azazga souffrait depuis quelques années de la maladie de Hodgkin, une forme de cancer qui touche le système lymphatique l’une des composantes du système immunitaire.

Un formidable élan de générosité en Algérie avait permis de récolter plus de 250 000 euros en quelques jours, la somme pour le traitement.

Arrivée en 2016 en France pour se faire soigner, elle avait repris quelques temps ses études à Paris après l’obtention d’un bac en Algérie, avant que la maladie ne la rattrape.

“Pendant ces six ans avec la chimiothérapie, j’ai pensé à ma famille, j’ai imaginé qu’ils étaient présents avec moi, comme avant”, témoignait il y a quelques jours Kenza. Un appel à l’aide resté malheureusement lettre morte.

 

>> Lire aussi : Algérie. Visas refusés pour la famille de Kenza en fin de vie et hospitalisée en France 

 

Nadir Dendoune