“Décolonisations, du sang et des larmes” : la parole aux décolonisés

 “Décolonisations, du sang et des larmes” : la parole aux décolonisés

Empire colonial français de 1542 à 1980

Des histoires longtemps passées sous silence, euphémisées et biaisées ou niées dans les manuels scolaires ? Le documentaire “Décolonisations, du sang et des larmes” diffusé mardi 6 octobre sur France 2 a bien compté y pallier. La ligne de force : lever le voile sur ce pan violent de l’histoire de la France, à travers le regard des colonisés. Un reportage très riche en témoignages, en images d’archives inédites et en commentaires. 

Signés Pascal Blanchard, spécialiste de l’histoire coloniale, et David Korn-Brzoza, réalisateur, “Décolonisations, du sang et des larmes” est une plongée de trois heures dans l’histoire coloniale française.

Une structure démonstrative et explicative

Le documentaire est composé de deux parties, chacune durant 1h15 : la première se constitue de témoignages d’enfants et petits-enfants de victimes, civils et combattants, tandis que la deuxième est un débat avec l’ex-secrétaire d’Etat Kofi Yamgnane, l’historien Benjamin Stora, la philosophe Nadia Yala Kisukidi, la comédienne Anaïs Pinay, et les autrices Leïla Slimani et Léonora Miano. La seconde partie se concentre sur l’accession à l’indépendance et à la liberté des anciennes colonies françaises, l’Algérie y tenant une place prépondérante.

>> Lire aussi : Il y a 58 ans : La proclamation d’indépendance de l’Algérie

“Des décennies de haine et de violence”

“La France s’est acharnée à conserver ses colonies par tous les moyens”. Le reportage, raconté par la voix de l’acteur et réalisateur martiniquais Lucien Jean-Baptiste, est lancé. Le documentaire revient sur le Maghreb, la Côte d’Ivoire, l’Indochine, Madagascar, le Gabon, sans oublier les Outre-mer, dont on parle moins, comme la Polynésie, les Antilles, la Guyane, la Martinique ou la Nouvelle-Calédonie.  “Décolonisations, du sang et des larmes” met en lumière les atrocités et crimes assénés contre les populations aspirant à leur liberté, à travers la voix des premiers concernés, pour mettre fin à cet aveuglement, à l’origine de “décennies de haine et de violence”, souligne Lucien Jean-Baptiste.

>> Lire aussi : Journée nationale d’hommage aux harkis, “une plaie ouverte”

La parole aux décolonisés

Les témoignages mis en exergue dans le documentaire reviennent entre autres sur le combat des indépendantistes, les systèmes mise en place pour faire venir la main d’oeuvre en France, le massacre des ouvriers qui réclamaient une augmentation de salaires en Guadeloupe, le concept de “Françafrique”, les humiliations parce que à l’époque “la France se considère comme le centre du monde”, comme l’affirme le commentateur.

Raconter, témoigner, comprendre. À travers ce documentaire, les auteurs visent à rendre moins taboue une histoire que l’on ne connaît finalement pas très bien, car trop longtemps tue. À voir en replay sur France TV.

Malika El Kettani