D. Vidal : “La chasse aux Arabes et le silence des médias me font honte”

 D. Vidal : “La chasse aux Arabes et le silence des médias me font honte”

Dominique Vidal, historien et journaliste. Spécialiste des relations internationales et notamment du Proche-Orient.

Jeudi 22 avril, en plein coeur de la vieille ville de Jérusalem, alors que des Palestiniens tentent de s’opposer à une marche des partisans du mouvement juif d’extrême droite « Lehava », qui scandent « Mort aux arabes », les forces israéliennes, mobilisées pour cette marche, bloquent les contre-manifestants. Une centaine de Palestiniens sont alors blessés. Dominique Vidal, journaliste et historien, spécialiste de la question israélo-palestinenne, écoeuré par ces événements, est aussi indigné par « le silence des médias».

LCDA : Ces événements vous surprennent-ils ?

Dominique Vidal : Oui. J’ai assisté à bien des événements horribles mais je n’avais jamais vécu un pogrom à Jérusalem. En même temps, en février dernier, le Likoud, le parti du premier ministre israélien Benjamin Nethanyahu, a signé un accord avec un parti d’extrême droite, ouvertement raciste et homophobe, en vue de la formation du prochain gouvernement. Cet accord a ouvert les vannes. Le regretté historien israélien Zeev Sternhell avait donc – hélas raison d’écrire, il y a trois ans, dans le journal « Le Monde ». Il disait alors : « Il pousse en Israël un racisme proche du nazisme à ses débuts. ». On savait  que Netanyahou était prêt à déclencher une guerre avec l’Iran pour sauver son « trône » et empêcher un accord entre Washington et Téhéran. Visiblement, il rêve aussi d’une troisième Intifada pour imposer le gouvernement d’urgence nationale qu’il n’arrive pas à mettre en place.

>>Lire aussi : Essebsi : “Avec Jerusalem, les États-Unis ont réduit les chances d’une solution négociée”

Vous dénoncez le quasi silence des grands médias internationaux…

Dominique Vidal : Les grands médias israéliens en parlent, que ce soit en bien ou en mal, mais au moins, ils en parlent. Les nôtres, à de rares exceptions près, se taisent : c’est comme si que pour eux, des juifs ne pouvaient pas commettre un pogrom. Pourquoi les grands médias occidentaux ne traitent-ils pas – ou si peu – ces événements ? Pourtant, ce qu’il est en train de se passer est très grave. Ont-ils déjà vu des centaines de judéo-nazis tolérés voire aidés par des centaines de policiers « ratonner » dans Jerusalem-Est au cri de « Mort aux Arabes » ? Ces deux spectacles dégradants – la chasse aux Arabes et le silence des grands médias – me font honte. J’ai terriblement honte. D’abord comme Français, puis comme journaliste et aussi comme juif. J’en appelle à mes collègues journalistes : c’est le moment d’être courageux…

Pour vous, le silence des médias internationaux est « dangereux »…

Dominique Vidal : Oui, ces événements sont déjà gravissimes en termes de droits humains. Ils sont aussi un danger pour tout le Proche-Orient, une région dont tout le monde connait l’instabilité. Pourquoi tout se passe comme si le fait d’être israélien autorisait à perpétrer des crimes impunis et « oubliés » par les grands moyens d’information ? Ce silence médiatique alimente l’antisémitisme. Le « lobby » serait donc assez puissant pour faire taire les rédactions ! Et s’il s’agissait plutôt d’auto-censure ? C’est Inacceptable ! Et une question qui me taraude l’esprit : que pèse le « confort » des professionnels face au pogrom de Jérusalem ?

Nadir Dendoune