Emmanuel Macron étend le dispositif de « l’égalité des chances »

 Emmanuel Macron étend le dispositif de « l’égalité des chances »

Le Président Emmanuel Macron en visite dans une école primaire à Poissy, le 05-05-2020. Ian LANGSDON / PISCINE / AFP

Emmanuel Macron a promis, mardi 8 septembre, que l’aide à l’accès des jeunes à l’enseignement supérieur et aux filières sélectives passera de 80.000 à 200.000 places pour promouvoir « l’égalité des chances ».

À l’occasion d’une rencontre avec les élèves d’un lycée professionnel en Auvergne-Rhône-Alpes, le chef d’Etat français a déclaré que« cette nouvelle “cordée de la réussite”, nous allons la passer de 80 000 aujourd’hui à 200 000 [places], avec ce système de bourses, avec le renforcement des moyens que nous allons mettre en place, pour permettre d’identifier, dès la 4ème, des jeunes et de les emmener jusqu’à l’après-baccalauréat », avant d’ajouter que « c’est un formidable levier, par l’éducation et l’accès jusqu’au supérieur, d’égalité des chances, avec aussi un lien permanent avec l’entreprise ». Son souhait serait que les jeunes faisant face à la crise sanitaire et économique ne soient pas « une génération sacrifiée » mais une génération « à l’ambition redoublée ».

>> Lire aussi : E. Macron : cap sur la laïcité et la lutte contre le séparatisme islamiste

Afin d’aider les jeunes issus de milieux défavorisés ou habitant loin des institutions scolaires, Emmanuel Macron a également confirmé que le nombre d’internats d’excellence passerait d’« un peu moins d’une quarantaine » actuellement à « un par département » d’ici à la rentrée 2022.

Avant cette visite, le chef de l’Etat s’était rendu dans les locaux du pôle de formation aéronautique du lycée Roger-Claustres, à Aulnat, près de Clermont-Ferrand, puis dans un centre de promotion des métiers de l’industrie, où il a notamment déclaré que « lorsque l’on vient de certains quartiers, de certaines familles, on n’a pas les mêmes chances aujourd’hui en République ». Emmanuel Macron souhaite faire de ce sujet l’une de ses priorités pour les deux années prochaines.

>> Voir aussi : Farida Amrani, “combattante” politique

Malika El Kettani